Go to Top

Curiosité musicale #4 – Quand des géants du jazz manouche improvisent sur un grand de la musique classique

15 Août 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Musique

On est nombreux à connaître le génie du jazz manouche Django Reinhardt – aussi idolâtré suite à un incendie l’amenant à perdre l’usage de deux doigts de la main gauche et ainsi à personnaliser son jeu guitaristique -, ce guitariste virtuose français d’origine tzigane du début du siècle dernier ; moins je pense à admirer son acolyte tout aussi talentueux, le violoniste français  Stéphane Grappelli.

 

Un duo reconnu comme étant à l’origine du genrele jazz manouche -.
Un style caractérisé par son swing, son rythme marqué, son rythme hors des temps, ses notes glissées… .
Ensemble, ils composèrent plusieurs morceaux
et improvisèrent sur de nombreuses autres œuvres.

Parmi celles-ci : le Concerto en ré mineur pour deux violons de Jean-Sébastien Bach.

 

Bach, compositeur baroque, est l’un des compositeurs que j’affectionne et admire le plus. Sa régularité rythmique créant un côté incessant, sa musique de caractère, sa sonorité… .

Quant au concerto en ré mineur pour deux violons de Bach, pas forcément la plus belle œuvre de Bach (ou du moins l’ai-je peut-être trop entendu) mais un classique incontournable par lequel tout violoniste est passé – !? –, du moins c’était le cas dans mon école de musique.

  

 

J’ai découvert le duo Reinhardt et Grappelli petite mais n’avais pas encore connaissance de cette interprétation. Quand je l’ai entendu bien des années plus tard, elle s’est alors associée à nombreux souvenirs. Et alors que – comme dit plus haut – j’en ai un peu marre de l’écouter, c’est un régal de la découvrir sous un nouveau genre, sous le style propre de notre duo.

Pour cette œuvre, Eddie South – violoniste américain de jazz swing qui découvrira en Europe la musique tzigane – donne la réplique à Grappelli pour ce concerto pour deux violons.

 

 

On a donc d’un côté une musique avec un rythme plutôt  carré, presque aucune fioriture  – pas de vibrato sur une œuvre de Bach (sur une œuvre baroque) dit-on !, enfin du moins si l’on voudrait rester fidèle au style de l’époquemais non dénué de caractère pour autant, voilà le génie de Bach ; et de l’autre une musique qui use des effets de style (vibrato, glissando…), un rythme qui swing, qui déstructure les rythmes (en rallongeant ou diminuant leur durée) enlevant ainsi leur côté trop carré… . Deux styles différents mais pas si opposés – comme le jazz, le baroque partage le goût de l’improvisation ou encore le contretemps – ne pas attaquer une note sur le temps – (avec l’usage de syncopes chez Bach) et surtout le rythme a une place prépondérante -, pas si surprenant que le mélange des deux va tellement à merveille. Le trio a alors fait sortir Bach des rangs, de son côté très carré… ils ont apporté de l’extravagance à Bach.

 




On perçoit parfaitement le thème au début, puis à partir de 50 secondes ils partent en improvisation et on reconnait alors bien leur patte, surtout à partir d’1 minute 10. Commence alors à ce moment-là à opérer la magie : le mariage de deux grands univers.

 

1
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6

Note Cuivrée a 3 ans ! – Retour sur la 3ème année du blog

10 Août 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Passion partage

©Pixabay

 

Voilà 3 ans que je me suis lancée dans cette belle aventure et je ne m’en lasse pas !

J’adore toujours autant vous raconter, mettre en mots et en images, mes jolies découvertes culturelles, vous partager de jolies photos de chouettes balades ou du quotidien.

 

Cette année, 50 articles sont venus se rajouter au compteur
(et en 3 ans, on approche sérieusement des 200 articles sur le blog).

 

 

 

 

Le blog ne pourrait pas s’appeler Note Cuivrée si je ne vous avais pas parlé encore et toujours de Musique sous tous les angles.

L’occasion en même temps d’étancher ma passion pour les biographies avec l’ouvrage La vie de Liszt est un roman ou d’essayer encore et toujours de dénicher des merveilles musicales. Il y a eu aussi une chouette exposition sur le compositeur Beethoven à la philharmonique de Paris.

 

 

 

 

 

Encore de beaux concerts : cette année, je vous ai parlé d’une salle sur l’eau que j’affectionne beaucoup – La dame de canton – ou encore du merveilleux Paris Jazz festival dans le splendide cadre du parc floral à Vincennes, où on a d’ailleurs pu voir à nouveau la géniale Lisa Simone.

 

 

 

 

 

Je vous ai encore parlé de mes plus belles lectures : Les vies multiples d’Amory Clay, Les mots entre mes mains ou encore La tresse.

 

 

 

 

 

J’ai encore pris le temps de profiter de Paris et de ses innombrables théâtres : découvrir le récit non sans humour d’un japonais rentrant dans son pays après avoir habité de nombreuses années en France, une superbe adaptation du roman La mécanique du cœur de Mathias Malzieu.

Mais aussi du génial Mois Molière de Versailles – 1ère et 2nde quinzaines de juin -.

 

 

 

 

 

L’automne 2016 m’a permis de me replonger à nouveau dans l’univers d’Harry Potter
avec la sortie notamment d’une pièce de théâtre.

 

 

 

Mes Films coup de cœur de l’année : Sing street, La la landLes figures de l’ombre, La belle et la bête.

 

 

Amoureuse de la nature et d’architecture, je ne pouvais pas passer une année sans faire de Jolies balades. Versailles permet de se sentir proche de la campagne avec la proximité de sa splendide vallée de Haute Chevreuse hébergeant notamment une magnifique abbaye aux Vaux-de-Cernay. J’ai donc commencé à découvrir les alentours versaillais : Les étangs de Corot, la forêt de Petit Jouy – Les loges, tout en continuant d’arpenter Paris.

  

 

Il y a eu aussi des Escapades aux châteaux de la Loire x & x -, puis sur les routes de la belle normande, du côté d’Honfleur et d’Etretat – coup de cœur pour cette dernière, arpenter ses falaises entre mer et nature sauvage -, l’occasion alors de vous parler de nos jolies régions.

 

 

Côté voyage à l’étranger, comme j’ai pu le dire récemment, j’ai failli partir cet été à Edimbourg… l’occasion d’étoffer la catégorie Réflexions en vous parlant de mon amour des voyages, mais aussi de vous prévenir en ce qui concerne le piège à éviter avec la prolongation des 5 ans de la carte d’identité, et du côté de la catégorie L’amour des mots : de vous partager un petit texte évoquant le charme des voyages dans leur ensemble sous le récit d’un chouette séjour à Saint-malo (situé vers la fin de l’article).

 

Déménageant encore l’été dernier, je vous ai conté les mérites de la douce Vincennes après avoir foulé ses pavés pendant 1 an et demi et avant d’aller m’installer au frais des vieilles battisses Versaillaises.

 

J’ai encore partagé avec vous mon envie de chérir Les petits bonheurs : que ce soit les petits plaisirs d’automne, la magie de noël, le bonheur de partager les fêtes en famille, s’accrocher encore et toujours à la force de la culture et à la beauté de la nature pour se sortir la tête de l’eau – & x -.

 

     

 

J’ai continué d’essayer de m’améliorer en Photo et à tenter de capturer sous de belles images le quotidien, et même en vidéo. Les nuits d’été, le joli paysage de Fontvieille et ses moulins en Provence, une ode à la naturemes thèmes de prédilection : culture, nature & escapades.

 

Je suis d’ailleurs un peu plus active qu’avant sur Instagram,
n’hésitez pas à m’y suivre, je vous y accueille avec plaisir !

 

J’en profite aussi pour vous inviter à me suivre sur facebook, twitter, hellocoton ou inspilia pour être averti des nouveaux articles et même recevoir encore davantage mes partages musicaux (avec notamment la Petite note cuivrée du jour) sur les deux premiers, babelio ou goodreads pour les livres, si vous le souhaitez.

 

Un blog, dans l’esprit du partage qui m’attire tant dans son concept, n’aurait guère d’intérêt sans ses lecteurs ! Merci donc à vous qui me suivez occasionnellement ou régulièrement, pour vos commentaires et encouragements sur le blog (35 commentaires sur le blog cette année – on n’a pas toujours le temps ou n’y trouve pas toujours d’intérêt à laisser un petit mot, je le fais moi-même que bien trop peu souvent, n’hésitez donc pas à cliquer sur le ♡ au bas des articles, cela me fera plaisir de savoir que vous avez apprécié mon article ou même je l’espère qu’il vous aura fait faire de jolies découvertes, rêvé un peu, vous aura donné envie de vous aussi cultiver les petits bonheurs), sur les réseaux sociaux, hellocoton, inspilia ou même parfois de vive voix… !!

 

 

{ Un autre projet se trame aussi par ici !

©Pixabay

Nous avons eu envie d’ouvrir un blog littéraire à quatre mains avec mon chériamoureux de lecture, il est rarement sans un livre -, l’occasion de partager davantage encore de choses ensemble,
d’offrir un choix encore plus large en mêlant nos goûts il adore l’univers fantastique, livres que je ne lis que très peu (à part Harry Potter…) -, et de s’embarquer – on y compte bien – dans une nouvelle belle aventure (avec vous peut-être si cela vous intéresse… !).
En plus
, on lui a trouvé un doux nom, j’ai hâte de vous dévoiler tout ça !


J’ai décidé de créer moi-même le template du blog, cela risque donc de prendre un peu de temps (je m’y intéresse depuis un moment mais je suis encore qu’amatrice – c’est d’ailleurs l’occasion de m’y intéresser encore davantage, tout en créant un blog à notre goût), on espère pouvoir l’ouvrir au plus tard à la période de noël !
Je vous en reparlerai donc d’ici là !


Note Cuivrée ne cessera pas pour autantj’espère bien lui consacrer encore de nombreuses années et compte d’ailleurs m’attaquer à la suite à lui refaire son design –, ce sera au final deux univers différents, bien que je pense encore vous parler de livres aussi par ici. }

 

 

En espérant que la suite vous plaira toujours autant,

en espérant m’améliorer encore et encore,

en souhaitant de continuer à partager avec vous de jolies découvertes culturelles, nature & escapades !

 

2
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6

Les voyages : Les plus beaux moments & amer cauchemar

2 Août 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie L'amour des mots

On est nombreux à adopter comme philosophie de vie « passer une grande partie de son temps à voyager, et l’autre partie à préparer son futur voyage » – je ne déroge pas à la règle !

 

©Pixabay

Si la culture a une place primordiale dans ma vie, voyager – dans un sens large du terme – en est la seconde essence.  J’ai beau adorer la décoration, faire en sorte d’avoir un bel intérieur, à mon goût, cosy… rien n’y fait, je suis peu casanière ; j’ai soif d’extérieur, d’aller voir la beauté du monde.

Si j’aime tant les voyages – et plus largement la découverte de lieux inconnus –, c’est qu’il y a à mon sens tant de choses à voir, tant d’endroits à explorer, tant d’atmosphères dont s’imprégner, tant de cultures à découvrir… .

Lors de voyages, c’est aussi souvent parmi ces moments-là que se créent certains des plus beaux souvenirs, même les mésaventures ont dans ces contextes-là une saveur particulière.

 

Il y a eu :

La Provence « de fond en comble » (ma région natale), la Lozère, l’Auvergne, le Périgord, l’Aveyron, le Cantal, la Dordogne, la Sologne, l’Angleterre, Prague, Dublin, Stockholm, Lyon, Paris et L’Ile-de-France (mon nouveau terrain d’exploration au quotidien), Lille, Saint-Malo, Nantes, les châteaux de la Loire, Honfleur, Etretat…

J’ai envie de découvrir :

l’Ecosse, les Fjords des pays du nord, la Suède, la Norvège, Copenhague, Montréal, l’Italie, découvrir davantage la Bretagne, la Laponie, Annecy, l’Alsace et ses marchés de noël, Bordeaux, la région autour du lac Leman, la Savoie, l’Islande, le Japon …

 

 

©Pixabay

 

[Si cette partie avait un titre, elle s’appellerait « Ne vous faîtes pas avoir ! »]

 

Puis… il a failli y avoir Edimbourg cet étémoi qui adore Londres je crois bien que je risquerai de lui préférer sa capitale écossaise, ses belles façades en pierre, sa nature imposante avec même la présence d’un volcan éteint au sommet duquel on peut se hisser, sa proximité avec la mer...  – mais la mairie en aura décidé autrement.

Il y a trois ans, ma carte d’identité expirant et connaissant ma folie des voyages, je me suis empressée de la faire renouveler. Mais voilà, j’ai eu beau insister, clamer que ça m’enchantait guère… on m’a affirmé que je ne pouvais pas refaire ma carte d’identité, une nouvelle loi indiquant que les cartes réalisées entre 2004 et 2014 (ce qui est mon cas – elle a été faite en 2004) sont prolongées de 5 ans, sans que cela soit indiqué sur votre carte (pas super tout ça !). Depuis, je me suis rendue à Londres l’été dernier en Eurostar sans problème, comme quoi il faut croire que la loi n’a pas été assez communiquée et que c’est bien compliquée tout ça… et surtout pas vraiment une bonne idée.

Puis, en début de semaine dernière, nous nous sommes donc rendu à l’aéroport, attendant impatiemment de prendre un avion pour nous envoler vers un voyage dont nous avons tant parlé, préparé avec tant de frénésies… . Nous allons pour enregistrer le bagage, l’hôtesse regarde ma carte d’identité, le fait confirmer à son collègue d’à côté… et là le choc, voilà qu’ils m’annoncent froidement –  à ce moment-là, je me demande si c’est bien vrai ou pasque je ne peux pas partir et voilà que nous découvrons le pot aux roses : cette loi s’applique uniquement si vous étiez majeur au moment de la réalisation de la carte (en 2004, j’avais alors 13 ans).

 

  

©Pixabay

Avec le recul on se dit que ce n’est pas grave – bien que la colère contre la mairie, et surtout contre cette loi stupide avec tant de subtilités et nous amenant à nous retrouver avec une carte qui pourrait être valide dans les dires mais périmée sur le papier, ne soit pas passée -, qu’on ira la prochaine fois mais ce voyage nous aurait fait tant fait de bien, on s’y était tant projeté… ; il était la promesse de beaux moments, de dépaysement, de prendre le temps de vivre pleinement chaque instant, aussi de soirées passées dans les pubs à boire de la bière et à écouter de la musique live, de belles découvertes et de doux souvenirs.

Si comme j’ai pu le dire en début d’article, des mésaventures de voyages se transforment souvent dans ce contexte-là en souvenirs amusants, celle-ci – et pour cause, on n’était pas encore parti -, je ne la souhaite à personne.  Si vous rentrez dans ce cas (et que vous n’avez pas de passeport, comme c’est mon cas, erreur n°2… mais bon 80 euros…), j’espère que vous aurez la chance de passer par ici et de lire ces phrases avant de vivre la même injustice, foncez en mairie la faire refaire !

 

 

Si l’on n’est donc pas parti, cela commençait pourtant bien… : c’était amusant d’apercevoir Juliette du chouette blog Je ne sais pas choisir (l’une des premières blogueuses que je suis) et son énorme sac jaune à quelques rangs devant nous dans la file d’enregistrement des bagages. Je me suis donc un peu consolé en suivant ses superbes vidéos et photos de l’Ecosse sauvage (bien que nous ayons décidé de nous consacrer uniquement à Edimbourg lors de ce séjour, mais nous rêvons aussi de nous rendre dans la campagne Écossaise, sa nature sauvage, ses moutons…  une prochaine fois).

J’ai hâte maintenant de découvrir son article.

 

 

A défaut d’avoir la chance de vous parler d’Ecosse et de sa charmante Edimbourg (quand on tient un blog on se réjouit pour plusieurs causes, on se languit de partir, on a hâte de raconter à ses propres le charme de la destination choisie mais aussi d’en parler et montrer de jolies photos sur son blog ), c’est alors l’occasion de vous partager un petit texte rédigé à la suite d’un chouette séjour à Saint-Malo en 2015, reflétant assez toute le charme des voyages dans son ensemble :

 

 

Les yeux encore ensommeillés mais avec l’excitation d’arriver sous de nouveaux cieux, vers de nouveaux lieux, un beau matin d’été, nous nous sommes empressés de rejoindre le hall de gare. De celui qui affiche des destinations d’un bout d’océan, la gare des tee-shirts rayés comme je m’étais amusée à le souligner. C’était le mois d’août, le 14 du mois, et l’heure des festivités allait bientôt sonner. Assis sur la banquette qui filait à toute allure, le temps alternait entre repos et littérature. Arrivés sur le quai, c’est la tempête qui nous a surprises. Les  rockers étaient là eux aussi, venus festoyer le temps de 3 jours. Puis il a fallu braver la pluie tombant à grosses goutes, admirer la mer sous une pluie diluvienne, se rendre à l’évidence : notre parapluie n’était pas forcément de bonne compagnie, le vent aura eu raison de nous. Tout autour de nous, tout n’était que cirés jaunes et grosses bottes de pluie. A cette fête nous n’avions pas les règles du jeu, et mes pieds mouillés les enviaient.

Puis la valse a repris son cours, confirmant le dicton « après la pluie, le beau temps ». Vint alors le temps des balades le long de la plage, prendre de la hauteur, prendre le large, laisser le soleil entrer dans notre peau et puis un coup de soleil. Tester les bonnes adresses, celles recommandés par les copains. Déguster de nouveaux mets et puis s’extasier devant une crêpe à la myrtille. Prendre le temps d’apprécier chaque instant, de rire de tout et de s’émerveiller de simples moments. Essayer d’emmagasiner tout cela et surtout de se créer de beaux souvenirs, notamment pour des jours qui auront grises mines.

 

 

 

  

 

 

 

Pour rattraper cela, je compte également en profiter pour enfin prendre le temps de continuer à vous parler de voyages réalisés avant le début du blog, après Londres, Brighton et Bristol (d’un voyage réalisé en été 2010), je vous prépare donc un article sur Prague (automne 2010), d’ici la fin de l’été.

 

 

 

 

2
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6

Retour de concert #12 – Lisa Simone

31 Juil 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Concerts

Après l’avoir vu en 2015 pour un concert expressif et dynamique, un vrai show (elle a notamment changé plusieurs fois de costumes durant le concert, s’est rendue dans le public…), j’ai vu la chanteuse de jazz Lisa Simone pour la seconde fois dimanche 23 juillet dernier dans le cadre du Paris Jazz Festival.

 

 

On l’a alors retrouvé fidèle à elle-même : une telle énergie, une voix sublime et puissante ainsi qu’un sacré contact avec le publicque ce soit en prenant la parole entre chaque morceau, chantant dans le public ou venant à sa rencontre et serrer des mains -.

 

 

Ses musiciens – un guitariste, un bassiste et un batteur – sont aussi très bons ; les compositions musicales leur permettent également de se mettre en avant par moments.

 

 

Si c’était fou de pouvoir la voir pour presque rien (comme j’ai pu l’expliquer lors d’un précédent retour de concert, Paris Jazz Festival permet au public d’accéder à des concerts en plein air – dans le parc floral à Vincennesgratuitement en payant uniquement l’entrée du parc de 2 euros 50), c’était cependant étrange qu’une artiste avec une telle renommée soit programmée dans un tel lieu qui n’est au final pas si grand. Et effectivement, même en prévoyant d’arriver avec près d’une heure d’avance, il y avait déjà foule. C’était d’ailleurs la première fois que nous avons vu des barrières installées autour de l’espace scène.

Une fois encore nous n’avons pas pu nous asseoir, mais comme pour de nombreuses personnes cette fois-ci. Nous avons choisi de rester debout (et non de nous asseoir à l’écart dans le parc), l’artiste offrant un vrai spectacle presque autant visuel que musical.

Au final, nous nous sommes fait la réflexion qu’il était plus agréable d’assister debout à un concert d’une telle artiste et on regrettait la présence de sièges, n’encourageant guère l’ambiance instaurée par l’artiste.

Si elle est la fille de Nina Simone, elle n’oublie pas de le clamer,  et de lui rendre hommage en chantant quelques-unes de ses chansons au grand plaisir de ses admirateurs, on regrettera cependant que ce soit un peu trop.

Au final, on a donc passé un très bon moment musical !

 

Faites défiler le diaporama d’instagram, en cliquant au centre droit de la photo, pour voir la vidéo d’un extrait du concert.

1
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6