Go to Top

Inspiration culturelle &autres bouffées d’air #2

23 Mai 2017 | Laisser une réponse

« Parfois je choisis de n’y contempler que l’agitation des êtres : des mains qui se serrent, des bouches qui se tendent, des signes de tête, des haussements d’épaules, le ballet muet de l’échange humain. J’y mets en scène l’ombre d’un chapeau, le minuscule rougeoiement d’une cigarette, la fumée d’un souffle dans le froid de l’hiver, la buée d’une vitre de café. » J’adore !Extrait de Les Brumes de l’apparence de Frédérique Deghelt.

Je ne vous ai pas encore parlé de ce livre car il m’a laissé un avis mitigé – je l’ai choisi car je voulais sortir de mes habitudes de lecture cependant je peux pas dire que je l’ai adoré ni qu’il m’est vraiment déplu, ce qui est sur c’est qu’il m’a chamboulé et m’a fait me poser de nombreuses questions… .

En ce qui concerne l’écriture du roman, elle ne m’a pas particulièrement marqué non plus…

 

mais ce passageil correspond tout à fait au type de description que j’affectionne !, s’intéressant aux petits bonheurs, se focalisant sur ce dont certains ne prennent plus le temps d’observer, sur ce qui parait insignifiant pour certains et plein de vie pour ceux qui savent observer la beauté du spectacle que nous offre le monde qui nous entoure.

 

 

{ Et si pour Noël on allait faire un tour en Islande, le pays des livres ? } En flânant sur internet, je suis tombée sur cet article qui confirme mon amour et mon admiration pour les pays scandinaves en nous narrant l’importance de la littérature en Islande pour ses habitants au point qu’à noël il est de coutume de s’offrir des livres.

© booknode

 

 

 

Ces phrases inspirantes qui font du bien… . La littérature est en effet une grande source d’inspiration et d’optimisme.

Cette illustration met en avant une citation que j’aime beaucoup tirée de l’œuvre Harry Potter, même si ma préférée reste : « Ah, la musique, dit-il en s’essuyant les yeux. Elle est plus magique que tout ce que nous pourrons jamais faire dans cette école. », une fois encore à travers les paroles d’Albus Dumbledore, qui m’a d’ailleurs inspirée pour un article soulignant le fait que notre monde n’est à bien y réfléchir pourtant pas si dépourvu de magie que cela… .

 

 

Un peu d’humour avec ces photos qui mettent en parallèle, de façon très juste, les gestes employés par les chefs d’orchestre et ceux des sorts de l’univers d’Harry Potter.

 

En parlant de chef d’orchestre, ce week-end j’ai fini le roman Partition amoureuse de Tatiana de Rosnay. Je m’attendais pas forcément à cela, j’espérai davantage encore d’originalité, je le recommanderai donc guère, à part si vous aimez les histoires d’amour compliquées, mais c’est intéressant de plonger dans les pensées et la vie d’une chef d’orchestre.

« Contrairement à d’autres chefs du sexe faible, j’ai refusé de camoufler ma féminité, ce qui a pu surprendre quelques journalistes. Ainsi, pour l’un de mes premiers concerts télévisés, on me découvrit de dos, habillé d’une queue-de-pie ajustée à la taille laissant entrevoir mes jambes vêtues non pas d’un pantalon ample mais gainées d’un collant noir, juchées sur de hauts escarpins aux talons bobines. […] Emballé par cette vision moderne – alors que d’autres puristes criaient au scandale -, un célèbre couturier voulut créer pour moi […] une tenue de scène. […]
 
Je connais bien la plupart des mes instrumentistes, cependant certains d’entre eux se méfient encore d’une femme chef. Les plus misogynes sont souvent d’autres femmes. La soprano anglaise Rebecca S. […] me donne du fil à retordre. […] – J’ai rarement été dirigée par une femme, m’annonça-t-elle lors de notre première rencontre. Le regard glacial qu’elle promena sur ma chevelure indomptée et mon caleçon de garçonne laissait deviner son souhait de me contempler engoncée dans une robe housse, les cheveux attachés. »

 

Un petit top 5 musical des scènes de films en présence de l’acteur Ben Stiller – réalisé par Arte.

Je confirme petit coup de cœur pour leur n°1 également, qui souligne de manière juste comment la musique sublime la vie.

 

 

 

[Impression de vacances dans sa propre ville] Le jardin du Luxembourg est l’un de mes parcs préférés de Paris. Un lieu raffiné et si paisible. Actuellement, je trouve cela tellement apaisant d’aller y flâner pour lire. En se posant sur l’une de ses chaises vertes devant le bassin, en regardant les petits bateaux voguer au gré du vent et en bouquinant un peu, en fin d’après-midi d’un samedi de ce joli mois de mai, comme un air de vacances planait dans l’air.

 

 

 

Les beaux jours me poussent à me balader davantage appareil photo à la main et à essayer de m’améliorer toujours davantage en photo.

  

  

  

  

Le jardin en fleurs dont j’ai vue de ma fenêtre est ma première source d’inspiration, vient ensuite les deux villes où j’ai la chance de pouvoir flâner à loisir – Versailles et Paris.

 

Vous pouvez
me suivre sur mon compte instagram
si vous voulez un peu voir tout cela au quotidien ; je vous y accueille avec plaisir ! :)

 

0
separation-articles6

Escapade aux châteaux de la Loire #3 – La mignonne petite ville d’Amboise

18 Mai 2017 | Laisser une réponse

Amboise et son si joli centre dont nous sommes tombés sous son charme. Son allure soignée – ses larges terrasses, ses devantures colorées, ses maisons en colombage, ses toits en ardoises, son gros horloge -, cette impression de quiétude et cet air de vacances … et puis cette vue imposante sur la Loire et la campagne environnante du haut de son château perché.

  

 

 

 

 

 

Le château est également assez élégant. Il ne reste malheureusement plus qu’1/5ème de l’édifice mais la visite guidée (qui est en plus de cela gratuite) vaut vraiment le détour : très intéressante et amusante, narrant des faits historiques comme des anecdotes d’époque.

 

 

 

 

 

 

  

  

0
separation-articles6

La mécanique du cœur – la pièce de théâtre

14 Mai 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Émerveillée par la plume, l’univers et l’originalité de Mathias Malzieu, je vous recommande vivement de découvrir cette pièce de théâtre qui a su trouver la manière de retranscrire la féerie de cette œuvre.

© Compagnie Le moineau

 

J’ai tout d’abord découvert Mathias Malzieu l’auteur-chanteur-musicien au sein de son groupe Dionysos. Durant mes années lycée, leur chanson Thank you satan (une reprise de Léo Ferré) faisait partie de mes préférées.

J’ai ensuite découvert la jolie plume de Mathias Malzieu. Son titre La mécanique du cœur tout d’abord avant d’avoir un coup de cœur pour son œuvre Le plus petit baiser jamais recensé. J’ai maintenant hâte de découvrir ses autres chefs- d’œuvres.

 

 

Jack et la mécanique du cœur, c’est d’abord un roman

puis un album mettant en musique les différents passages.


Du succès de l’œuvre, vient ensuite un dessin animé en 2014
mais aussi une pièce de théâtre, dont la première adaptation date en fait de 2010 (en plus, la metteuse en scène – Coralie Jayne – est Arlésienne).

 

 

J’ai vraiment adoré la troupe de comédiens qui a mis sur pied cette pièce, je les ai trouvé super ! Seul petit bémol, j’ai trouvé que la petite chanteuse n’avait pas vraiment une voix chantée agréable.

J’ai également beaucoup aimé les décorsminimalistes mais c’est ce qui faisait leur charme et a su produire leur effet – ainsi que les costumes, dont surtout la pièce maitresse : l’horloge du cœur de Jacques.

Plus qu’une pièce de théâtre, ils nous offrent un vrai spectacle : par la traduction de certains passages non pas en mots mais en gestes, des moments mis en scène par la coordination ou l’accord de leurs gestes telle un chorégraphie, des moments chantés… . J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la présence assez prépondérante de la musique (instrumentale, chantée ou encore la bande-son) ; mon ressenti a aussi été celui de penser que l’œuvre serait géniale en comédie musicale.

De tout cela se dégage une telle énergie, une pièce joyeuse et entrainante.

Et surtout, grâce à l’ensemble de ces éléments, la pièce a su retranscrire le caractère poétique, du contede l’univers de Malzieu ; et en cela on peut vraiment dire que c’est une belle réussite !

 

Ce spectacle a aussi été l’occasion de découvrir le joli théâtre A la folie théâtre,
situé dans un passage tout aussi adorablecomment ne pas tomber sous le charme – du XIème arrondissement de Paris.

© Ma poussette à Paris

 

1
separation-articles6

C’est beau la vie quand on y pense

8 Mai 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie 7ème Art

Un film léger, joyeux, qui fait du bien. Bien que le fond ne l’est pas tant mais cela part d’une belle histoire : un père souhaitant retrouver le jeune à qui l’on a greffé le cœur de son fils. Il sillonne alors les routes pour aller à la rencontre d’Hugo, un jeune homme qui peut enfin vivre sa vie pleinement et qui compte bien en profiter à 100%. A travers ce jeune homme il voit son fils, se rend compte de tout ce qu’il aurait pu partager avec lui et qu’il s’est privé d’une belle complicité.

 

Le film prend pour décor notre belle Bretagne et nous vante tous ses mérites, nous donnant envie nous aussi d’aller vivre dans un petit village breton avec ses paysages somptueux, son ambiance, sa musique, sa jolie architecture typique… . Du moins moi, en grande amoureuse des paysages du nord et de leurs ambiances, il m’a conquise.

 

  

Un film aux personnages attachants  – dont les rôles sont joués par de bons acteurs – et également rempli d’humour, qui se révèle être une belle histoire faite de jolies rencontres, d’amitiés et de complicités.

Une ode à la joie de vivre simplement, entouré des personnes qui nous sont chères
(et dans un joli et paisible cadre tant qu’à faire
).

0
separation-articles6