Go to Top

Balade en forêt aux portes de Versailles

21 Juin 2017 | Laisser une réponse

Par cette chaleur caniculaire, les balades ombragées sont de rigueur… et de regarder ces photos c’est rafraichissant !, vous ne trouvez pas !?

 

  

  

  

  

  

  

J’adore cette gare en pleine nature, à peine arrivé vous vous sentez déjà apaisé, déconnecté de tout… .

 

  

 

 

 

 

Pour vous y rendre, vous descendez à la gare Petit Jouy – Les loges du rer C. Vous longez la route à droite, toujours sur votre droite vous passez devant une carte, de suite après vous tournez à droite pour emprunter un chemin longeant La Bièvre. Arrivé au niveau d’un haras, vous traversez la route située sur votre droite et vous vous retrouvez en pleine forêt.

 

Nous ne l’avons encore guère exploré mais plusieurs itinéraires sont indiqués. Nous comptons avec ces chaleurs retourner nous y mettre au frais et effectuer le Petit Jouy-Versailles chantiers : 2 kilomètres pour commencer.

0
separation-articles6

Le Mois Molière à Versailles – 1ère quinzaine

15 Juin 2017 | 2 réponses
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Tout le mois de juin, c’est Le mois de la culture à Versailles. La ville foisonne de pièces de théâtre, de concerts… chaque jour du mois et c’est l’ensemble des lieux de la ville qui est investie. Aaah si cela pouvait être ainsi toute l’année – c’est un régal de pouvoir assister à tant de spectacles, quand bon nous semble, à deux pas de chez soi !

Avec la majorité des spectacles étant gratuits (pour les autres à prix réduits), il n’y a aucune raison de ne pas se laisser séduire à tenter nombreux d’entre eux. Ce festival est aussi l’occasion de découvrir de nombreux jolis lieux de la ville. Et avec les beaux jours, quel plaisir d’y assister en plein d’air pour une partie d’entre eux.

 

1ERE QUINZAINE DE LA 22EME ÉDITION DU MOIS MOLIÈRE

Lors de cette première quinzaine du mois Molière 2017, nous avons assisté à quatre représentations  – trois pièces de théâtre et un concert – mais aussi une balade.

 

JEUDI 1er JUIN

Pour la soirée d’ouverture, nous nous sommes rendus dans le splendide lieu des grandes écuries pour assister à la pièce Le roman de monsieur Molière : une biographie amusante, instructive et passionnante – c’était vraiment chouette d’en apprendre un peu plus sur la vie de cette illustre monsieur Molière – , en compagnie de deux très bons comédiens et d’un pianiste – le collectif La voix des plumes.

On a vraiment passé un super moment, sur toute la durée de la pièce. Les acteurs étaient dynamique et ont su nous amener avec eux dans cette rétrospective de sa vie. Les décors étaient certes minimalistes mais splendides – ils changeaient aussi des pièces de leurs costumes ou bougeaient des éléments du décor pour nous faire ressentir cette avancée dans le temps et dans l’espace. J’ai aimé également le très beau jeu de lumière avec cette lampe aux multiples ampoules posée successivement à différents endroits. Le pianiste et sa jolie programmation musicale venaient ponctuer cette très belle soirée par de jolis airs lors des « changements » de décors.

Ils rejouent la pièce, notamment en Avignon – autre festival génial  ! – cet été, je vous la recommande vivement !

  

 

 

SAMEDI 3 JUIN

Nous avons changé nos habitudes, sauté du lit et pointé le bout du nez hors de la maison un samedi matin, pour nous rendre à une « balade » dans le quartier Saint-Louis de Versailles. Étant le quartier que nous habitons – depuis bientôt un an – et que nous adorons le trouvant le plus beau (et le plus agréable pour y habiter) de la ville, je ne voulais pas rater cette visite afin d’en apprendre davantage sur ce très beau quartier chargé d’histoire.

Au final, il s’agissait plus d’une conférence que d’une balade, notre guide nous ayant mené seulement sur deux places du quartier d’où il nous a conté de nombreuses choses non seulement sur l’historique du quartier mais également sur celui de la ville de Versailles et de son château.

Ce n’était pas vraiment ce à quoi l’on s’attendait mais c’était fort intéressant !
Je vous la conseille donc vivement !!,
vous avez encore deux samedis matins pour vous y rendre, rendez-vous à 10h devant la cathédrale Saint-Louis.

Et pour la petite anecdote, j’étais toute contente d’apprendre que le quartier a hébergé de nombreux musiciens – notamment sous le règne de Louis XIV qui y logeait le personnel important.

 

 

 

MARDI 6 JUIN

Pour notre second spectacle, de la musique, du jazz manouche avec Racine de Swing, en intérieur cette fois-ci. Un très bon moment à écouter quatre guitaristes et un clarinettiste aux multiples chapeaux – chaque morceau avait son chapeau attitré correspondant au style de l’œuvre. Les différents musiciens chantaient également à tour de rôle selon les morceaux, certains en tant que chœur d’autres en tant que soliste.

Comme tous les amoureux du jazz manouche, nous avons eu droit à de nombreux morceaux du répertoire de Django Reinhardt, pour mon plus grand bonheur ! On a aussi eu droit à par exemple une belle interprétation de Besame mucho.

 

 

SAMEDI 10 JUIN

Samedi, dans l’après-midi, nous nous sommes rendus dans la très jolie et très agréable cour de l’hôtel des Menus-Plaisirs pour assister à une création du Mois Molière 2017, grâce à une compagnie en résidence à Versailles. Une adaptation des Trois mousquetaires de Dumas par l’Académie internationale des Arts du Spectacle.

Après avoir découvert et apprécié le roman de Dumas en 2015, c’était chouette de se replonger dans cette œuvre, bien qu’on regrette son court format45 minutesfaisant l’impasse du coup forcément sur de nombreux passages. Au final la pièce était adaptée davantage à un public familial, ce qui n’empêche pas au plus grand nombre de passer un bon moment, surtout que les acteurs étaient quant à eux très chouettes et les costumes très beaux. Il y avait aussi de nombreux passages chantés, ce que j’ai évidemment trouvé apportant de la valeur ajouté à la pièce. J’ai également beaucoup apprécié le fait que les comédiens interagissaient bien avec le public, les faisant participer à plusieurs reprises.

 

LUNDI 12 JUIN

On ne peut pas tomber juste à tous les coups… pour notre quatrième spectacle, nous n’avons pas accroché à la pièce – Hugo par la Compagnie Merci la Prod. Cela partait pourtant d’une bonne idée, une pièce mettant en scène une émission radio rentrant en contact avec l’esprit de grands hommes, ce soir-là Victor Hugo était convié, une occasion de lui poser de nombreuses questions sur son œuvre, sa vie, sa vision de la société à son époque et de notre société actuelle – d’après sa façon de penser. J’ai adoré le concept, pour le coup on s’y croyait vraiment, l’idée est super intéressante, il y avait des moments chouettes… le seul hic pour ma part : les questions n’étaient pas assez liées les unes aux autres, cela partait un peu dans tous les sens c’était donc un peu dur de suivre par moments, les réponses étaient aussi parfois trop littéraires, des récitations de textes parfois... .

Je ne regrette pas pour autant d’y être allé, c’était tout de même un beau concept et cela a aussi été l’occasion de découvrir le magnifique lieu de l’Académie du spectacle équestre ! – cela m’a donné envie de m’intéresser à la programmation pour profiter à nouveau de ce lieu enchanteur.

 

 

 

Il reste donc encore quinze jours de ce Mois Molière et encore toute une belle programmation foisonnante à découvrir.
Je vous conseille donc, et vous souhaite, de nous rejoindre parmi les festivaliers !

Je vous souhaite donc de belles découvertes et de beaux moments !
Rendez-vous dans une quinzaine de jours pour la deuxième partie de la critique de ma participation à ce beau Mois Molière 2017.

0
separation-articles6

Curiosité musicale #3 – Une composition géniale pour une jolie ode à la rousseur

14 Juin 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Musique

Quand je les ai entendus à la radio j’ai eu le coup de cœur et me suis empressée d’aller écouter à nouveau … leur joli texte soigné, leur originalité, leurs belles voix, une musique entrainante, apaisante, feel-good, qui swing, ce mélange des genres – j’adore les passages où l’on a l’impression d’écouter un chant polyphonique ! …

 

Ce qui a attiré mon oreille a donc tout d’abord été leur texte poétique et original,
une jolie et amusante ode à la rousseur,
une jolie déclaration aussi,
puis leur composition musicale a fini de me charmer !

 

J’aime leur accompagnement musical très jazzi

… simple accompagnement au début marquant le style et mettant en avant les voix, une seconde partie avec de superbes solos de guitare, puis des passages a cappella pour créer de ces effets … .

 

Extraits de ce joli texte

Compter pièces d’or et matins gris.
Compter sur mes dix doigts comme on m’a appris.
Recommencer, refaire encore des calculs.
Compter j’ai toujours trouvé ça ridicule.

 

[…]

 

Mais quand j’ai le bonheur.
De compter tes taches de rousseur du bout des doigts.
J’y passerais des heures.

 

[…]

 

Compter tout ce que j’ai perdu sans compter.
Tous ceux que je n’ai pas vus, pas rencontré.
Quant à compter sur moi c’est peine perdu.
Je n’ai jamais su qui j’étais, moi non plus.

 

Compter, compter pièces d’or et matins gris.
Compter sur mes dix doigts, comme on m’a appris.
Bah c’est tout vu, je sais que mon nombre d’or.
C’est de compter sur toi la nuit, quand tu dors.

 

 

Un coup de cœur je vous disais… que je n’ai pas résisté à partager avec vous le jour même !

0
separation-articles6

Les chemins de la Chartreuse De Saint Bruno à Balzac – Jean Sgard

11 Juin 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Au fil des pages

Les chemins de la Chartreuse De saint Bruno à Balzac est une jolie lecture qui nous amène à la découverte du massif de la Chartreuse. Le récit s’étend sur près de neuf siècles, de la recherche d’un territoire désert par le moine Saint Bruno souhaitant s’isoler du monde à son développement et exploitation par l’homme, puis à sa renommée en faisant un lieu touristique.

Ce que j’aime avec la masse critique de Babelio : contribuer à sortir de mes habitudes et découvrir des œuvres littéraires vers lesquelles je ne me serais peut-être pas tournée en priorité, et souvent cela se révèle être une belle surprise.  Au final, je me régale tout autant à lire de tels ouvrages que des romans, il faut vraiment que je m’y intéresse plus sérieusement !

Mais pour cela, il faut dire que si j’ai vraiment apprécié cette lecture, c’est grâce à deux aspects : cette œuvre est très agréable à lire puisqu’elle est très bien écrite et se lit presque comme un roman historique ; tout en étant en même temps exposée tel un document de recherche très détaillé appuyant ses propos surs de nombreuses citations, en faisant un ouvrage très intéressant apportant de nombreuses informations.

L’auteur présente son œuvre sous le joli descriptif de « promenade littéraire » mais l’ouvrage, composé en chapitres portants chacun sur un sujet différent (toujours autour de la Grande Chartreuse), se révèle être encore plus que cela. La quatrième de couverture souligne d’ailleurs joliment « Cette balade littéraire et humaine, pleine d’anecdotes savoureuses, nous permet de découvrir d’une autre façon ce beau parc naturel régional de Chartreuse. »

 

 

Il nous y est narré l’installation du moine Saint Bruno dans une Chartreuse alors déserte, l’évolution de l’édifice – le monastère – La Grande Chartreuse, le développement des différents chemins – pour transporter le bois, chemin de commerce, chemin touristique, chemin difficile d’accès… – et ainsi l’importance des chemins pour développer un territoire, les nombreux auteurs qui sont venus en Chartreuse et qui ont écrit à son propos, comment Louis XIV a participé à la déforestation de la montagne pour faire planter des arbres déjà grands dans les jardins de Versailles, différentes descriptions de la Grande Chartreuse – le massif et le monastère – parfois élogieuse parfois décrivant un lieu effrayant et en piteux état par différents types de visiteurs, l’éclosion des différents guides de la Grande Chartreuse, les conditions de vie et de travail de ses différents habitants… et bien d’autre encoreil y a tant à découvrir qu’une seule lecture ne suffirait pas à tout emmagasiner –.

 



Cette lecture fût vraiment agréable d’un bout à l’autre. Certains passages m’ont plus marqués que d’autres, bien sûr, bien que dans l’ensemble tout soit intéressant à découvrir.

J’ai beaucoup aimé le chapitre vantant les plaisirs de la marche.
« Il était réservé à Jean-Jacques Rousseau de faire connaître à ses contemporains la noblesse de la marche. Marcher dans les villes et les  villages de l’Ancien Régime est une pratique pénible, souvent dangereuse, réservée au peuple. […] Ce que l’on trouve sous sa plume, c’est tout d’abord une célébration de la marche en pleine nature. »

Encore un passage intéressant : la découverte d’un « livre d’or » dans le monastère recensant ses nombreux visiteurs et sa variété. « Des noms souvent aristocratiques et des inscriptions dans toutes les langues […] quelques peintres français […]. Nos deux visiteurs ont rassemblé, non sans humour, les remarques des visiteurs, et parfois leurs commentaires (« mauvais ! mauvais ! ») ; et ils ont recopié les meilleurs poèmes, plus de quarante au total, et on s’étonne de voir tant de textes en vers latins ou français ou anglais, souvent très bien tournés, et signés par des étudiants, des avocats, des pasteurs, des commerçants, des pharmaciens, des botanistes, et même par trois villageois qui s’expriment en dialecte franco-provençal. »

L’ouvrage est également agrémenté de plusieurs images ou cartes en noir et blanc venant illustrer les propos. Seul petit défaut, j’ai trouvé qu’elles ne sont parfois guère lisibles ou trop sombres et perdent donc de leur intérêt, c’est dommage.

 

Une œuvre que je relierai donc à nouveau avec plaisir !

 


 

 

Un grand merci donc à Babelio et aux éditions Presses Universitaires de Grenoble ! Cela fait toujours plaisir de recevoir un tel joli ouvrage dans sa boîte aux lettres !

 

Avec l’ « amusante » mention « Service de presse », hihi, j’adore.

 

 

0
separation-articles6