Go to Top

La la land

12 Fév 2017 | 1 réponse
Publié par Caroline | Catégorie 7ème Art

J’ai vraiment adoré ce film presque en tout point (sauf la fin, mais je ne vous dévoile pas tout).

Tout d’abord, j’ai aimé ce film qui fait qu’accroître mon amour (déjà débordant) pour la musique. La musique y a une place prépondérante par sa B.O., le personnage principal qui est un pianiste amoureux du jazz, la mise en avant du jazz par cet artiste qui en est donc un fervent défenseur ou encore sa dénomination de comédie musicale qui ne l’est pas tant : cela ne chante pas tant que ça et c’est cela qui permet que ces passages viennent plutôt sublimer le film en le ponctuant de moments chantés et de danses belles pour les yeux.

La musique est là comme un fil conducteur, elle est entrainante… et donne donc le ton au film qui se veut une ode à l’art et au bonheur de vivre.

L’art est omniprésent par ses deux personnages principaux passionnés par la musique pour l’un donc et par le cinéma pour le second :  tandis que le projet qui lui tient à cœur est d’ouvrir un club de jazz, elle ambitionne de devenir comédienne.

Il montre également la réalité des choses : ce n’est pas toujours évident d’atteindre ses rêves, ça peut même être douloureux et on peut plus d’une fois être tenté de les abandonner… mais y arriver est si épanouissant.

J’ai également adoré la façon de filmer : le choix de couleurs vives nous donnant à voir un monde énergique, joyeux et coloré (la vie quoi, telle qu’elle devrait toujours être finalement).

Certains passages sont filmés de façon très poétique aussi. Les scènes qui passent de la lumière au noir pour se focaliser sur un personnage ont un rendu si beau !

L’histoire est celle de l’amour de l’art, de la vie mais est aussi une belle romance (bien que le film, vous l’aurez compris, est beaucoup plus que cela).

Je trouve également judicieux le choix des acteurs, ils rentrent tous les deux parfaitement dans le rôle ! Ce qui est d’ailleurs chouette à savoir : c’est bien eux qui chantent et dansent, et même qui joue du piano pour Ryan Gosling.

  

En grande admiratrice des films de Woody Allen, pour ses films à personnages et son amour pour le jazz, j’ai eu l’impression de me retrouver dans son univers (avec une dynamique et un rendu filmique encore plus travaillés) – il y a notamment une petite ressemblance avec son film Café Society.

0
separation-articles6

Balade hivernale dans les jardins du château de Versailles

22 Jan 2017 | Laisser une réponse

  

Il faisait froid mais le soleil brillait fort en cet avant-dernier dimanche de janvier. On était alors pas les seuls à souhaiter sortir de notre hibernation hivernale pour prendre un peu l’air, il y avait foule dans les jardins du château de Versailles, il y planait alors comme un air de vacances… et ça faisait du bien !

La végétation a un air un peu plus tristounet en cette saison, mais le paysage était cependant toujours aussi beau à voir … !

 

0
separation-articles6

Sing Street

19 Jan 2017 | 6 réponses
Publié par Caroline | Catégorie 7ème Art

Un chouette film qui vous fait aimer à nouveausi j’ose dire – la musique, le rock et son état d’esprit… qui vous donne envie d’écrire des chansons, d’écouter du rock énergique et contestataire puis de s’autoriser à croire en soi et en ce qui nous tient à cœur.

Si c’est bien la musique qui est au cœur de l’histoire, il donne aussi à voir la belle Irlande : Dublin et son architecture en brique, la mer sauvage comme j’affectionne… .

Bien qu’assez jeune, on apprécie aussi son personnage charismatique ( surtout vers la fin quand il a pris de l’assurance) ainsi que la belle et joyeuse Raphina, sans oublier toute la bande du groupe également, sans exception.

C’est aussi une belle romance, on rit par moments aussi.

Bref un film beau, entrainant, amusant et qui fait du bien !

Conor, un jeune lycéen irlandais bien décidé à monter son groupe pour séduire sa belle. Ce fameux groupe voit le jour et se révèle talentueux en plus de ça. On suit alors leurs aventures, la création des chansons – des paroles comme de la musique et même des clips -, la vie à Dublin dans les années 80 ainsi que leur joie de partager la musique ensemble.

  

                         

2
separation-articles6

84, Charing Cross Road – Helene Hanff

15 Jan 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Au fil des pages

 

 

J’ai été déçu par la fin que je n’imaginais pas si triste, bien que savoir le succès qu’a connu cette jolie histoire réchauffe le cœur aussi, mais j’ai été charmé par cette correspondance : entre Hélène Hanff – une américaine qui cherchait à percer en écrivant, passionnée évidemment de livreset une librairie londonienne à partir de 1949 et durant plus de vingt ans.

J’aime beaucoup ce format sous forme de lettres qui rend d’autant plus concrète l’histoire, puis il y a l’humour et l’audace d’Hélène qui s’en dégage, sans oublier sa gentillesse.

Il est toujours amusant de voir comment l’écrit peut rapprocher les gens, sans s’être jamais vu.

Puis l’histoire est d’autant plus étonnante lorsque l’on sait qu’elle s’est réellement déroulée.

 

Au final, je le conseille vivement, c’est à lire !

0
separation-articles6