Go to Top

Le mois de juin en vidéo {Projet vidéo au quotidien #2}

11 Juil 2017 | Laisser une réponse

 

 

Au mois de juin, j’ai continué à m’amuser à immortaliser le quotidien en vidéo. Ce mois-ci a davantage été tourné vers la culture, grâce notamment au superbe Mois Molière à Versailles mais aussi à la fête de la musique ou encore à la lecture toujours très présente dans nos vies ; après un mois de mai-ode au renouveau de la nature. Ayant cependant besoin quotidiennement de ma dose de nature, elle n’a évidemment pas été absente ce mois-ci : je me lasse notamment pas d’admirer ce jardin que l’on partage avec l’ensemble des voisins de notre « maison » de ville, mais aussi balade en forêt et un avant-goût de notre superbe escapade en Normandieje vous en parle très très vite ! :)

 

Et encore et toujours en photo…

 

  

  

  

  

   

  

  

  

 

Fête de la musique

 

En juin… on fêtait également les 20 ans d’Harry Potter !

 

0
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6

Fête de la musique et 2nde quinzaine du Mois Molière à Versailles

6 Juil 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Concerts

FÊTE DE LA MUSIQUE

Ce 21 juin, la ville de Versailles résonnait au son d’une belle et foisonnante programmation pour la fête de la musique. Nous nous sommes dirigés vers la charmante cour des senteurs (située près du château) et nous n’avons pas regretté notre choix.

©ML/Ville de Versailles

Une chouette découverte d’un groupe de Jazz-funk – nommé Y’en A – de qualité et qui a su nous charmer par sa musicalité et sa vitalité. De quoi célébrer la musique en beauté ! Une voix superbe, un merveilleux mariage des cuivres, clavier et guitare électrique, et même la présence d’un flûtiste sur quelques morceaux, j’adore !

 

MOIS MOLIÈRE

Lors de la première quinzaine de ce génial Mois Molière – c’était si agréable de voir la culture envahir sa ville sur tout un mois -, nous avons fait en sorte de nous rendre à de nombreux spectacles variés, et même à une visite.

Pour cette seconde quinzaine, nous n’avons pas pu profiter de ces beaux spectacles comme on l’aurait souhaité par manque de disponibilité – n’étant notamment pas sur Versailles durant deux week-ends (qui dit mois de Juin dit aussi fête des pères, puis pour le second nous nous sommes échappé en Normandie (j’ai hâte de vous raconter !)).

 

JEUDI 22 JUIN

Nous avons tout de même profité d’un concert de musique classique. L’occasion également de découvrir cette sublime salle à l’hôtel de ville de Versailles.

Deux violonistes, un altiste, un violoncelliste et un pianiste de l’Orchestre de Chambre de Versailles nous ont interprété deux œuvres de deux compositeurs majeurs de la musique romantique : Félix Mendelssohn Trio n°1 op.49 en ré mineur – et Johannes Brahms Quintette avec piano op.34 en fa mineur. Deux magnifiques œuvres.

J’ai également beaucoup apprécié la présentation qui a été faite avant chaque prestation nous en apprenant davantage sur la période, les compositeurs et les œuvres présents au programme ; je les ai trouvées très détaillées, ajoutant une réelle valeur,  intéressantes et racontées avec passion. Un doux moment donc, autant musical que pour son cadre enchanteur.

0
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6

Les mots entre mes mains – Guinevere Glasfurd

3 Juil 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Au fil des pages

J’ai adoré ce roman. Il m’a tenu en haleine sur plusieurs semaines, chaque jour j’avais envie de lire ne serait-ce quelques pages afin de savoir la suite et de retrouver son atmosphère paisible – on s’y sent en effet bien dans son univers.

Il s’agit d’une intrigue inspirée de la vie du philosophe René Descartesvous savez peut-être mon amour « récent » pour les biographies -, qui remet bout à bout de nombreux éléments connus de son histoire. Le roman s’intéresse à la période durant laquelle il est tombé amoureux d’une servante, qui de plus était beaucoup plus jeune que lui, avec qui il aura un enfant qu’il assumera mais qu’il cachera tout comme son amante.

L’histoire nous est contée sous le regard de la jeune femme – Héléna -, une femme forte et cultivée. Petite, elle demanda à son frère de lui apprendre à lire et à écrire, par la suite elle profitera de toutes les occasions offertes pour apprendre davantage, notamment grâce au philosophe. Pour sa fille, elle ne voit bien sûr que le même chemin !

Savoir lire et écrire est tout d’abord ce qui fera sa force mais aussi ce qui intriguera puis charmera le philosophe, la rendant différente.

J’ai beaucoup apprécié la façon dont l’auteur a transformé par moments ce livre en une ode à la beauté des mots. Si elle est avide d’apprendre, l’héroïne, en même temps qu’elle étoffe son vocabulaire, étudie la sonorité des mots, nous conte l’amour qu’elle porte à leur beauté, la bizarrerie de certains, le dégout pour d’autres aussi… .

C’est intéressant de suivre cette femme qui malgré le rang qu’on lui réserve s’est toujours imposée, s’affirmant comme étant pas moins que les autres et maitre de sa destinée. Elle fera tout pour s’élever, usant de son apprentissage pour gagner sa vie différemment tout en ayant en tête l’envie d’agir pour que d’autres puissent avoir la même chance qu’elle.

C’est tout aussi intéressant d’en apprendre davantage sur la vie d’un philosophe du XVIIème siècle.

C’est également touchant d’être témoin de cet amour fort, dont rien ne semblait pouvoir briser, malgré les convenances leur permettant guère de le vivre au grand jour comme ils l’auraient souhaité.

Un roman à la fois beau pour les valeurs véhiculées et fort émotionnellement. On découvre deux personnalités « atypiques » chacune à leur façon mais qui se rejoignent en étant tous deux des êtres réfléchis et tournés vers l’avenir en quelque sorte. Les émotions quant à elles se bousculent : on est tantôt heureux pour Helena, tantôt on ressent pleinement l’injustice vécue qu’on souhaiterait voir s’estomper.

Plus largement, cette œuvre nous permet d’en apprendre davantage sur les conditions et habitudes de vie de l’époque, que ce soit des servantes, valets, personnes modestes ou plus aisées… .

J’ai également beaucoup apprécié l’insertion d’un dernier court chapitre nous apprenant de quels éléments l’auteur s’est servi pour tisser son histoire.

 

Un vrai coup de cœur pour ce livre, dont je me suis régalée à sa lecture, que je vous conseille donc fortement !  

1
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6

Lieu majestueux en Yvelines : l’Abbaye des Vaux-de-Cernay

28 Juin 2017 | 4 réponses

Lieu insolite situé dans la charmante vallée de Chevreuse, l’imposante et majestueuse abbaye des Vaux-de-Cernay. Cela faisait plusieurs mois que j’avais hâte de m’y rendre, ce printemps nous l’avons enfin découvert avec l’arrivée des beaux jours – période d’ailleurs à privilégier, l’intérieur ne se visitant pas – et nous avons été charmé par cette splendide architecture, ces vieilles pierres, ces couleurs… .

Un lieu qui a du cachet car chargé d’histoire avec les années, un lieu également si raffiné grâce à la mise en valeur réalisée par ses propriétaires. J’aime d’ailleurs beaucoup la philosophie de l’actuel maître de cet endroit, joliment décrite sur leur site !

Le lieu est vaste et il y a tant à admirer.

  

  

  

 

Entouré de verdure, le lieu est propice à flâner. On peut faire y une promenade autour de l’étang ou encore bouquiner dans l’herbe.

Chose vraiment chouette je trouve – du moins si l’on en possède un -, les chiens sont autorisés.

 

  

  

  

  

 

Outre ses visites, l’abbaye est maintenant un hôtel-restaurant où il est donc possible de séjourner dans l’une de ses somptueuses chambres (à prix pas forcément abordable vous imaginez bien) – et surtout de déconnecter paisiblement dans ce lieu enchanteur – et de venir y manger. Le lieu abrite même un salon de thé – un tarif à 18 euros (au lieu de 8) permet d’ailleurs de couplet visite libre (20 avec la visite guidée, au lieu de 10) et dégustation de pâtisseries et boisson chaude.

 

  

 

Lieu ouvert à la visite les week-ends et jours fériés.
Si vous n’avez pas la voiture pour vous y rendre, le Baladobus vous y amène les dimanches et les jours fériés de la gare de Saint-Rémy-Lès-Chevreuse (terminus RER B) de début avril à fin octobre.

Abbaye des Vaux de Cernay
Domaine de l’Abbaye des Vaux de Cernay
78720 Cernay-la-Ville

2
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)
separation-articles6