Retour en haut

Curiosité musicale #4 – Quand des géants du jazz manouche improvisent sur un grand de la musique classique

15 Août 2017 | Laisser une réponse | 1
Catégorie : Musique
Auteur : Caroline

Django Reinhardt et Stéphane Grappelli improvisent sur le Concerto en ré mineur pour deux violons de Jean-Sébastien Bach.

Cet article est fait pour vous si : vous aimez le jazz manouche, la musique baroque ou encore les arrangements jazz de morceaux de musique classique, vous cherchez à découvrir des morceaux originaux, vous aimez découvrir les œuvres de musiciens exceptionnels et en apprendre davantage à leur propos, la curiosité est votre plus grand défaut, pour votre plus grand bien

separation-articles6

Curiosité musicale #3 – Une composition géniale pour une jolie ode à la rousseur

14 Juin 2017 | Laisser une réponse | 0
Catégorie : Musique
Auteur : Caroline

Quand je les ai entendus à la radio j’ai eu le coup de cœur et me suis empressée d’aller écouter à nouveau … leur joli texte soigné, leur originalité, leurs belles voix, une musique entrainante, apaisante, feel-good, qui swing, ce mélange des genres – j’adore les passages où l’on a l’impression d’écouter un chant polyphonique ! …   Ce qui a attiré mon oreille a donc tout d’abord été leur texte poétique et original, une jolie et amusante ode à la rousseur, une jolie déclaration aussi, puis leur composition musicale a fini de me charmer !   J’aime leur accompagnement musical très jazzi … … simple accompagnement au début marquant le style et mettant en avant les voix, une seconde partie avec de superbes solos de guitare, puis des passages a cappella pour créer de ces effets … .   Extraits de ce joli texte Compter pièces d’or et matins gris. Compter sur mes dix doigts comme on m’a appris. Recommencer, refaire encore des calculs. Compter j’ai toujours trouvé ça ridicule.   […]   Mais quand j’ai le bonheur. De compter tes taches de rousseur du bout des doigts. J’y passerais des heures.   […]   Compter tout ce que j’ai perdu sans compter. Tous ceux que je n’ai pas vus, pas rencontré. Quant à compter sur moi c’est peine perdu. Je n’ai jamais su qui j’étais, moi non plus.   Compter, compter pièces d’or et matins gris. Compter sur mes dix doigts, comme on m’a appris. Bah c’est tout vu, je sais que mon nombre d’or. C’est de compter sur toi la nuit, quand tu dors.     Un coup de cœur je vous disais… que je n’ai pas résisté à partager avec vous le jour même ! { Le joli mois de mai en vidéo } Pour voir la suite de ce projet Le quotidien en vidéo, direction le blog : notecuivree.fr/2017/06/mai-2017-projet-video-au-quotidien-1/ 🎵 Quand à la musique, il s'agit de Tâches de Rousseur de Les Mouettes, une jolie découverte que je vous conseille d'aller écouter en entier : une jolie ode à la rousseur mais aussi une composition géniale niveau musicalité, ça swingue, de superbes voix avec des effets presque de polyphonies… #notecuivreevideo #mer #mai2017 #video #projetvideo #jolimoisdemai #tachesderousseur #rousseur #roux #rousse #musique #music #decouvertemusicale A post shared by Caroline (@notecuivree) on Jun 8, 2017 at 10:26am PDT

separation-articles6

Curiosité musicale #2 – Des instruments en glace

25 Fév 2016 | 2 réponses | 2
Catégorie : Musique
Auteur : Caroline

© Geilo Ice Music Festival Si l’hiver, avec l’arrivée du froid, est propice à cocooner chez soi, il nous amène aussi à rêver à des paysages blancs à perte de vue. Si comme nous l’a génialement expliqué  le blog Joyeux magazine, dans les pays nordiques ils ont le secret du « koselig», ils savent aussi profiter de toutes les occasions offertes par la neige et la glace pour passer de beaux moments. Au-delà de la musique et de la pratique instrumentale, la lutherie et la facture d’instrument en général m’attirent énormément. Aujourd’hui c’est d’une étonnante fabrication d’instruments – et de sa musique – dont je vais vous parler, puisque le matériau principal est fait de glace. © Emile Holba A la base de ce phénomène se trouvent des artistes sculpteurs sur glace. Parmi ces sculpteurs, Tim Linhart, en Suède, à qui l’on revendique l’invention de ces instruments (il en fabrique depuis une 30ène d’années). Au départ, il s’est mis à réaliser ces instruments de musique – nommés ICEstruments – pour l’esthétique, puis il a souhaité aller plus loin et s’est alors rendu compte que cela sonnait extrêmement bien !  Tim Linhart nous raconte ces débuts étonnants et excitants. Dès lors, de nombreux musiciens se prêtent à l’expérience, pour le plus grand plaisir du public. J’adore cette vidéo de ce concert réalisé par un violoniste jouant sur un violon en glace, qui symbolise bien la joie et l’émotion partagées par ces moments. Dans un autre style, je vous conseille également la vidéo qui suit, c’est magnifique !   Depuis 2006, un festival nommé « IceMusic Festival» est même organisé à Geilo en Norvège – il s’agit du 1er festival de musique avec des instruments en glace au monde. © Terje Isungset Derrière ce festival, le percussionniste et compositeur de jazz norvégien Terje Isungset. Passionné par ce phénomène, il crée également lui-même les instruments en glace sur lesquels il joue et est à l’origine d’un label dédié « All ice records » (créé en 2005). Terje Isungset donne également des concerts à travers le monde (il a ainsi joué plusieurs fois en France, notamment dans les Pyrénées) et a été – je n’ai pas trouvé de date exacte mais j’ai cru comprendre qu’il s’agissait de l’an dernier – nommé meilleur musicien et compositeur jazz en Norvège. C’est lui que l’on retrouve dans la vidéo que je vous conseille plus haut !   La Suède possède aussi…

separation-articles6

Curiosité musicale #1 – Quand le guitariste des Pink Floyd reprend le jingle de la SNCF

15 Oct 2015 | Laisser une réponse | 3
Catégorie : Musique
Auteur : Caroline

© Agence QMI Ce qui m’intéresse avec des groupes tels les Pink Floyd, c’est cette recherche sur le son, cette volonté de façonner des bruits de notre quotidien pour leur faire atteindre leur degré de musicalité. Car finalement tout est musique, non !?   David Gilmour, le guitariste et l’un des chanteurs successifs des Pink Floyd, a déjà plusieurs disques solo à son actif. Le 18 septembre dernier est sorti son dernier album sur lequel l’une des chansons ne déroge pas à la tradition Pink Floydienne.   Cette chanson, qui fait beaucoup parler d’elle, je l’ai découverte par hasard en écoutant la radio. Si elle étonne les premières fois : David Gilmour a en effet choisi de construire sa chanson autour du jingle de la SNCF ; les fois suivantes, cela devient juste un régal.   Cette magnifique réussite est possible grâce aux talents du compositeur qui a su, si merveilleusement, intégrer ces quatre notes (le « do sol la mi » que l’on attribue tous désormais instantanément à la SNCF) à un morceau irrésistiblement rock !   Désormais, je ne peux plus m’empêcher d’entendre résonner cette chanson dans ma tête dès que je prends le train (et c’est assez souvent depuis trois ans) ! Ce n’est presque plus ces quelques notes que j’entends… mais l’œuvre de Gilmour ! (J’ai presque envie de dire Merci à lui d’avoir rendu ce jingle incessant un peu plus agréable à mes oreilles !). © Sncf.com J’ai toujours trouvé ce jingle trop irritant (peu-être parce qu’on l’a trop entendu !?), pourtant j’adore vraiment cette œuvre que je trouve superbe – je l’écoute en boucle ces temps-ci. J’aime les parties guitares, cette voix rocailleuse, les chœurs, sa façon de combiner le tout… . Je la trouve si rock, si joyeuse, si entrainante… – Gilmour a d’ailleurs déclaré à ce propos que l’idée de cette composition lui est venu au sein d’une gare, française (évidemment) ; il entendait successivement ce jingle et, à chaque fois, il avait envie de danser, au point qu’il l’enregistrera sur son smartphone – (il a peut-être su voir dans ce motif la beauté que l’on ne voit plus !??). De retour sur Londres, il rencontre le Français Michael Boumendil (le compositeur du jingle) et compose ce morceau, en collaboration avec sa femme – romancière – pour les paroles. © Kevin Westenberg Et cette histoire devient encore plus folle lorsqu’en voulant vous la présenter au…

separation-articles6