Samedi dernier, en ce 1er novembre 2014, je suis retournée voir ce groupe si dynamique et à la joie de vivre communicative : Les Fatals Picards, à L’Olympia.

On ressort de leur concert avec le sourire aux lèvres, l’envie de croquer la vie à pleines dents et de lutter pour des bonnes causes.

FATALSPICARDS_artiste
(Crédit photo : Nicolas Messyasz)

Même si pour les membres du groupe ils ne le sont pas, pour moi c’est un peu un groupe engagé et cela fait du bien !
Mais ils le disent eux-mêmes si bien ! : « Il y a quelques années, nous avions écrit la chanson Canal Saint-Martin pour soutenir l’action des Don Quichotte sur le logement. Ce sont des questions qui nous parlent. Nous ne sommes pas un groupe engagé, ce qui est parfois un peu facile. Car ce qui est important c’est d’être sur le terrain, mobilisés.  » (Tiré d’une Interview publiée dans la Provence le 20 septembre 2013).

Je les avais déjà vu l’an dernier, le 21 septembre 2013 au Thor (dans le Vaucluse) et on s’était régalé ! C’était au festival C’est pas du luxe – qui d’ailleurs est un très bel évènement qui se veut être le festival de personnes sans-abris ou en très grandes précarités qui exposent leurs œuvres réalisées lors d’ateliers de création artistique et d’actions culturelles organisés par des membres de l’association Abbé Pierre. Des temps de réflexion et d’échanges se tiennent parallèlement tout au long de la journée sur les pratiques culturelles et leurs intérêts « afin que ces actions ne restent pas au stade de l’expérimentation et que la pratique d’une discipline artistique participe d’une reconstruction individuelle et collective ». Le soir, des concerts de têtes d’affiches sont organisés pour amener davantage de personnes à la connaissance de cette cause.

Le concert se déroulait presque en plein airsous chapiteau -, ce concert à l’Olympia était l’occasion de les voir sous un autre contexte ! (Je ne pensais pas me rendre si rapidement à l’Olympia, mais les places debout en orchestre étaient vraiment très abordables ; elles étaient également parfaites pour ce type de concert qui donne envie de bouger et participer !).

les-fatals-picards-c-est-de-la-pure-energie-sur-scene-archiv
(Crédit photo : archives DL/Fabrice Anterion)

Je ne parlerai guère de la première partie, qui ne m’a pas séduite, mais dont surtout je ne comprends pas pourquoi et comment ils ont pu se retrouver avant les Fatals Picards. Tout d’abord, il ne s’agissait pas du tout du même style musical (du rap, r’n’b…, je ne saurai pas vous dire exactement, n’étant pas spécialiste de ce genre de musique). Un style de musique qui certes ne me plait pas du tout,  mais ce qui surtout dénotait pour moi, c’était leurs textes qui étaient, à moins que je les aie mal interprétés, plutôt d’un genre assez opposé à ceux des Fatals Picards : assez vulgaires, prônant l’alcool, incitant au machisme et au « bad boy et bad girl » comme ils l’appellent eux-même… . Et loin de moi l’idée de vouloir faire toute forme de caricature !!, bien au contraire! Si je n’apprécie pas tout styles de musique, je suis pour toutes formes d’expressions, il est nécessaire que chacun puisse trouver simplement ce qui lui correspond dans l’art, ce dernier étant pour moi une réelle source d’épanouissement. Simplement, pour moi, la musique et l’art en général doivent nous faire voyager, nous déconnecter de notre quotidien, trouver de la force, de l’espoir, de la joie de vivre, de l’optimiste… ; j’ai toujours vu l’art comme un peu un monde parallèle, qui m’a toujours permis de m’évader et de me sentir vivante ! Comme a dit Léo Ferré (cf. dans ma colonne de droite) : « Sur la scène ya la vie et l’espoir qui se trainent… » …et là, ils ne m’ont pas fait rêver !

 

fatalspicards_olympia

Le concert a une fois encore été une réussite ! Ils ont joué toutes leurs chansons les plus connues, ce qui permettait au public de chanter en chœur avec eux. J’ai également beaucoup apprécié leur très bon contact avec le public, ils disaient quasiment toujours quelque chose entre les chansons, et souvent, avec beaucoup d’humour.

Ils sont 4 : un chanteur (parfois à la guitare), un bassiste/chanteur, un guitariste, un batteur/chanteur. Trois des membres sur quatre chantent au final, ce qui fait aussi leur force, chacun possédant un timbre et un style qui lui ait propre ! C’est un groupe rock dynamique, un peu déjanté, aux mélodies entrainantes et avec des textes en français  qui parlent de divers sujets souvent de façon très poignante et surtout, avec beaucoup d’humour et de poésie.

Je suis parfois illusionniste
Une espèce de magicien
Lorsque en hiver il fait trop froid
Je souffle doucement sur mes mains

Dans la fumée, des caméras
Les journalistes du Parisien
D’la poudre aux yeux pour pas finir
Au fond du Canal Saint-Martin

Moi j’aimerais bien pouvoir me battre
En Espagne contre des moulins
Pourvu que je sois Don Quichotte
Pourvu qu’il y ait des moulins
Sous un soleil qui vaut de l’or
Avec la mer qui campe au loin
Poussant ses vagues au creux d’un port

Très loin du Canal Saint-Martin

J’habite en plein cœur de Paris
Au bord du Canal Saint-Martin
Un rez-de-chaussée quai de Valmy
Sans balcon ni petit jardin

[Canal saint martin _ Les fatals picards]

Anecdotes du concert : 1. Paul Léger : « Applaudissez Yves Giraud ! » – « Pas trop pas trop quand même !, c’est que le bassiste ! »

2. « Oh un intermittent ! Regardez-le bien c’est un des derniers que vous voyiez! » (Ils ont abordé plusieurs fois le sujet tout au long de la soirée, l’air de rien.., crise des intermittents oblige !).

stickers-casque-audio-2-R1-64622-1notecuivreenotecuivreenotecuivree

65022396(Crédit photo : http://wouhou57.free.fr)

Vous l’aurez compris, je les apprécie beaucoup ! Et vous, que pensez-vous de ce groupe ? Et étiez-vous par hasard à leur concert ce 1er novembre ?