image_content_general_18022927_20141201150252

Décidément j’adore le style de David Foenkinos !! J’ai découvert l’auteur par hasard en flânant à la fnac et j’avais été séduite par la quatrième de couverture de son roman « La délicatesse » , cela disait :

« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais.
C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux.
On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision.
Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien.
Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille
douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques :
évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans
être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot,
c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse… – Je vais prend un jus… Un jus d’abricot,
répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. »

Je trouvais (et trouve toujours) ça drôle, original et recherché, poétique et vraiment bien écrit aussi.

Après avoir lu ce roman, j’avais mis dans un coin de ma tête de lire d’autres livres de l’auteur… mais ma liste de livres à lire s’agrandissant toujours au fur et à mesure, j’en ai privilégié d’autres.

Jusqu’à cette année où le film « Les souvenirs » est sorti au cinéma. Quand j’ai lu qu’il s’agissait d’une adaptation d’un roman de Foenkinos, j’ai sauté sur l’occasion et me suis rendue au cinéma sans trop réfléchir ..enfin la bande-annonce m’attirait aussi.

A la sortie du cinéma, j’ai décidé d’acheter le livre !

J’ai été assez étonné de lire sur la blogosphère que si certaines férues comme moi de Foenkinos ont également affirmé que la sortie du film leur a donné l’envie – et l’occasion – de lire le livre, elles ne comptent pas voir le film. Détrompez-vous, les deux ont leur intérêt !

Le film, qui se focalise davantage sur la relation petit-fils – grand-mère, est très touchant de par sa mise en scène comme son très bon jeu d’acteur. L’histoire est en effet celle d’une personne âgée pour qui, se retrouvant seule, ses fils estiment qu’elle ne peut plus vivre à son domicile. Une fois en maison de retraite, elle décide de prendre la fuite direction sa terre d’enfance : la Normandie. Son petit-fils, avec qui elle est très complice, va alors partir à sa recherche et lui permettre de réaliser son dernier souhait.
J’ai trouvé très touchante cette grand-mère davantage dans le film, très bien interprétée par Annie Cordy.
Un petit côté humoristique y est également ajouté avec la présence du colocataire du petit-fils (qui ne se trouve donc pas dans le livre) pour des scènes plutôt drôles !

LSJPR-1

les-souvenirs-foenkinosLe livre quant à lui permet enfin de comprendre un peu plus le pourquoi du titre : tout au long du roman, David Foenkinos insère des souvenirs de diverses personnes, d’un personnage principal de l’histoire comme du « boulanger du coin » ou encore de personnes célèbres. Le livre va également plus loin que le film.

Et surtout, évidemment, il est vraiment très très bien écrit ! C’est un vrai régal, on a plaisir à lire ces phrases pensées avec tellement de soin : souvent si bien dites et recherchées, d’autres fois si imagées ou encore si poétique… Il plane également un caractère optimiste, joyeux, drôle

C’est également un roman à personnages, auxquels on s’attache rapidement et que l’on a plaisir à suivre ! Le petit-fils est un jeune étudiant qui se cherche. On suit sa construction de jeune homme et ses envies de rencontrer l’amour. Il rêve de devenir écrivain, pour plaire aux filles, mais pour l’amour des mots aussi. En attendant, il est réceptionniste de nuit dans un hôtel, c’est bon pour l’inspiration.

Jean-Paul Rouve – qui est aussi le réalisateur du film – est alors très drôle dans le rôle du gérant d’hôtel.

Les parents ont finalement qu’un rôle secondaire mais amènent un côté comique à l’histoire – tout juste à la retraite, la déprime laisse place à l’envie d’une seconde jeunesse.

Le récit est parsemé de situations et anecdotes rocambolesques. Il nous amène aussi à travers la vie d’habitants de Paris, mais aussi en Normandie ! Je ne vous raconte pas tout, mais on croise aussi un tas d’autres personnages plus étonnants les uns que les autres…

h

Crédit photos : Étienne George

Il faut maintenant vraiment que je découvre ses autres romans !

0