Le joli mois de mai a été bien rempli – malgré tous ses fériés –  grâce à une très belle expérience. J’ai eu la chance de voir de l’intérieur l’organisation du Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés Paris durant cinq mois lors d’un stage au sein du service communication. Et avec elle, découvrir une belle équipe, dynamique et travaillant le plus possible les uns avec les autres… .

11073199_816506765096663_238388948544256964_n - Copie

Il y a quelques jours s’est achevé la 15ème édition de ce beau festival qui s’est étendu du 21 mai au 1er juin. Et avec lui de magnifiques parfois impressionnants  – concerts qui ont fait la joie du public, et la nôtre avec.

11073199_816506765096663_238388948544256964_n - Copie

Il y a eu tout d’abord la surprise de découvrir ce mignon visuel : un hibou sur une trompettesymbolisant le temps de la nuit, et avec son arrivée, le temps du jazz ! Un visuel qui je pense a fait l’unanimité et a peut-être même permis de toucher un public différent, du moins d’attirer la curiosité d’un grand nombre !

Le Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés Paris, donc je vous disais, c’est des beaux concerts, mais aussi :

des showcases, des rencontres avec les artistes nommées « Jazz & bavardage », un tremplin Jeunes talents, des concerts en plein air, un grand bal swing, des afters jazz… .

 

 

lampadairemaisonocéanIl est aussi l’occasion de découvrir des lieux inhabituels et étonnants (le festival n’a pas son lieu propre mais se déplace dans de nombreuses salles à Paris).

Parmi ceux-ci, mes préférés :
– la Maison des Océans, pour sa décoration soignée autour du monde aquatique.
– le Réfectoire des Cordeliers, un ancien couvent aux pierres apparentes.
– le café/théâtre/restaurant/cinéma Le Lucernaire, qui surprend en ayant fait le choix de garder le charme extérieur – les pavés de la rue, une ancienne fontaine – à l’intérieur même, du moins une partie.

 

Le Festival s’est ouvert avec l’émouvant Boulevard du jazz : un groupe itinérant composé de musiciens de jazz et d’un danseur de claquettes, suivi par le public et même rejoint ponctuellement par des danseurs en tous genres.

L’enchainement s’est fait avec une belle création : la rencontre du blues d’Eric Bibb, du joueur d’un superbe instrument – la Kora – Ablaye Cissoko, et d’un chœur gospel.

 

Parmi mes concerts préférés, on peut compter ceux de :

Vijay Iyer Trio23 mai 2015 à la Maison des Océans

11011241_838752746205398_3236746638105765449_n

Un trio peu connu, pour le moment, en France mais qui a déjà une belle renommée aux États-Unis. J’ai été à mon tour séduite. Par leur énergie et leur atmosphère on se sent rapidement emporté par la musique qui, au fil des morceaux, commence lentement pour atteindre la rapidité de la performance -, je pense que c’est à vivre en live ! Mais aussi par leur recherche constante de se différencier / de tester toutes les possibilités sonores… .

 © Photo du flyer : Jimmy Katz

 

Lars Danielsson – 28 mai 2015 à la Maison des Cultures du Monde

S’ils viennent de Suède… cela ne passe pas inaperçu, et pour cause : leur musique dont l’influence nordique transparait. Des morceaux planants qui nous embarquent au travers de leur paysage musical. Si on ne peut pas vraiment les comparer, leurs compositions m’ont de suite faites penser à celles de Sigur Ros, un groupe islandais. Et je suis folle de leur morceau Liberetto, que j’ai écouté en boucle.

Vous pouvez aussi l’entendre dans un très beau duo avec Young Sun Nah.

Airelle Besson & Nelson Veras – 27 mai 2015 au Réfectoire des Cordeliers

Dans un autre style encore, un duo assez calme : trompette & guitare qui se marient à merveille. On sent toutefois la prédominance de la trompette. La trompettiste Airelle Besson a d’ailleurs été nommée « Meilleur artiste Jazz de l’année » par le prix Django Reinhardt. Je suis attirée par ce son cuivré de la trompette, chaud et envoutant. Des compostions peut-être un peu plus dures d’écoute, plus modernes mais avec aussi un travail constant sur le son. J’aime particulièrement leur morceau Neige, qui est un peu plus rythmé que les autres. Petit clin d’œil : cette année, ils ont enregistré leur premier album en Arles, juste à côté de chez moi.

prelude_final© Lucille Reyboz

 

Il y a eu aussi :

 

Photo0912

 

Un dimanche au soleil sur la place Saint-Germain-des-Prés pour le Jazz au féminin, en compagnie d’Utopia Quartet et d’Agathe Iracema Quartet.

Photo à gauche : la scène femme en préparation.

 

 

Un bal swing au sein de la cour du Centre Culturel Irlandais qui s’est commencé sous la pluie mais a fini sous les sons du big bandqui m’ont rappelé tant de souvenirs, ceux des airs joués par le big band de mon école de musique alors enfant puis adolescenteet à admirer les pas des danseurs passionnés – c’était beau à voir ces danses en couple, menées par des connaisseurs des pas réalisés avec grâce.

 

Le festival s’est clôturé en beauté au théâtre de l’Odéon par la dynamique chanteuse de soûl, à la voix puissante Lisa Simone.
NE TARDEZ PAS !,
vous avez encore quelques jours pour écouter en podcast la captation du concert par fip : x .

 

Un beau festival et une belle aventure !

En espérant vous avoir donné envie de vous y précipiter l’an prochain ! :)

Et vous, quels sont vos souvenirs au Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés Paris ?

 

 

0
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)