U512237n coup de cœur pour ce film qui allie romance, humour et musique.

Un petit bijou d’originalité et de bonne humeur pour le premier film de Clovis Cornillac.

 

Aussi brillant derrière que devant la caméra, il incarne le personnage de « Machin » : un inventeur de casse-têtes qui vit reclus dans un appartement à la paroi si fine qu’il entend tout ce que qui se passe chez son voisin.

Il a toujours réussi à les effrayer et à les forcer à le laisser tranquille, jusqu’à l’arrivée de « Machine » ..qui ne compte pas lâcher son appartement.

Mélanie Bernier est pétillante dans son rôle, pleine de gaieté, d’enfantillage et de rêverie… .

 

Il aime le calme, elle rythme sa vie autour de la pratique du piano… la cohabitation ne va pas être aisée.

Ils vont commencer par se haïr et ainsi enchaîner toutes les situations loufoques. Une fois la lassitude ayant pris le pas sur la colère, ils partiront sur une nouvelle base cherchant à vivre ensemble, séparés par une cloison. Le ton du film change mais le rire et l’originalité restent la ligne directrice.

url

Il y aussi de très belles scènes autour de la musique : celles où il la pousse à se lâcher dans son jeu pianistique, faisant preuve d’une réelle interprétation des morceaux.

424697.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx© Paramount

Cette intrigue est aussi une belle histoire sur le couple et l’attirance : Clovis Cornillac a cherché à mettre en lumière à travers son film toute l’ampleur de l’attirance entre deux êtres – un couple ne se résume pas à une attirance physique, évidemment, mais de nombreux paramètres rentrent aussi en compte pour que cela marche – la complicité, le rire, l’admiration, l’entraide… .

 

Une belle découverte !

1