06-marguerite-2015-xavier-giannoli-poster

Une très jolie découverte d’un nouveau film alliant histoire et musique. Un chef-d’œuvre qui nous plonge à travers les péripéties de la baronne MargueriteCastafiore des temps modernes mais en beaucoup plus touchante -, tirées d’une histoire vraie (celle de la soprano Florence Foster Jenkins).

© Memento Films

Un lien fort uni Marguerite, une élégante et fortunée femme du début du siècle dernier, à l’opéra. Son amour pour le chant lyrique est pour elle son unique raison de vivre. D’un mariage arrangé, elle subira rapidement les conséquences. S’ennuyant seule chez elle, elle cherche constamment à attirer l’attention sur elle – et surtout celle de son mari -, en vain. Sa voix, qu’elle se construit comme dans un rêve qui prendrait vie sous ses yeux, elle l’imagine soprano colorature. Cette voix, elle la brandit comme sa force, comme sa chance… . Elle espère faire briller les yeux de son mari, y lire sa fierté, puis trouver son propre équilibre, sa quiétude… .

© Larry Horricks

Après être allée taper aux portes de chorales en cours de chant, de refus en refus…, elle décide d’organiser chez elle des petits récitals destinés à un groupe de convives. Mais voilà que plus le temps passe, plus chacun est complice d’un terrible secret : Marguerite chante terriblement faux et personne ne lui a jamais avoué, laissant la baronne se bercer d’illusions et le public dissimuler ses rires. Et si Marguerite en décidait autrement !? Rêver en beaucoup plus grand : chanter dans un opéra… pour de vrai !

 

Ce film est une petite merveille en de nombreux points :

Humour et compassion rythment les grands écarts d’émotions du spectateur tout au long de l’intrigue.

Tandis que les personnages sont tous « attachants »chacun dans son genre, chacun a quelque chose à apporter -, on est vraiment touché par le personnage de Marguerite. Quant à Catherine Frot, elle se révèle exceptionnelle dans ce rôle (c’est une actrice que j’aime beaucoup mais ici le personnage lui va particulièrement comme un gant).

© Memento Films

© Memento Films

Le film nous régale également de sa photographie et de sa musicalité. Les paysages et les décors (maison bourgeoise, opéras) sont splendides. On a plaisir à être baigné dans la musique et dans ces majestueux airs d’opéra : malgré que Marguerite n’ait pas une voix mélodieuse, le film regorge de jolis passages musicaux – lorsque Marguerite en écoute sur son gramophone ou se rend à l’opéra, mais aussi grâce à une jeune chanteuse lyrique pour qui la baronne s’est éprise (ayant quant à elle, comme en miroir de Marguerite, une voix remarquable) et ses apparitions sur scène tout au long de la narration.

© 2015 Concorde Filmverleih GmbH – Dusan Martincek

La réalisation a aussi ce côté enchanteur qu’elle navigue entre réalité et fantastique. Si l’histoire est tout ce qu’il y a de plus rationnel, il plane néanmoins un caractère mystérieux et amusant : le comique de répétition de la voiture qui tombe toujours en panne au même endroit, des personnages comme sortis d’une histoire farfelue – les jeunes anarchistes-fous, la tireuse de carte à barbe, le domestique attentionné aux étranges lubies, le professeur de chant pervers au look extravagant… .

© Memento Films

 

Malgré l’histoire qui n’en reste pour autant pas vraiment très gaie
(même si de nombreuses scènes nous poussent malgré tout à rire de bon cœur),
c’est un coup de cœur
pour sa réalisation façonnée avec brio !

Je vous le conseille vivement !

bobinefilm

 

1