20141029-100311-g© Agence QMI

Ce qui m’intéresse avec des groupes tels les Pink Floyd, c’est cette recherche sur le son, cette volonté de façonner des bruits de notre quotidien pour leur faire atteindre leur degré de musicalité.
Car finalement tout est musique, non !?

 

David Gilmour, le guitariste et l’un des chanteurs successifs des Pink Floyd, a déjà plusieurs disques solo à son actif.

Le 18 septembre dernier est sorti son dernier album sur lequel l’une des chansons ne déroge pas à la tradition Pink Floydienne.

 

Cette chanson, qui fait beaucoup parler d’elle, je l’ai découverte par hasard en écoutant la radio.

Si elle étonne les premières fois : David Gilmour a en effet choisi de construire sa chanson autour du jingle de la SNCF ; les fois suivantes, cela devient juste un régal.

 

Cette magnifique réussite est possible grâce aux talents du compositeur
qui a su, si merveilleusement, intégrer ces quatre notes
(le « do sol la mi » que l’on attribue tous désormais instantanément à la SNCF)
à un morceau irrésistiblement rock !

 

Désormais, je ne peux plus m’empêcher d’entendre résonner cette chanson dans ma tête dès que je prends le train (et c’est assez souvent depuis trois ans) ! Ce n’est presque plus ces quelques notes que j’entends…
mais l’œuvre de Gilmour !

(J’ai presque envie de dire Merci à lui d’avoir rendu ce jingle incessant un peu plus agréable à mes oreilles !).

jinglesncf© Sncf.com

J’ai toujours trouvé ce jingle trop irritant (peu-être parce qu’on l’a trop entendu !?), pourtant j’adore vraiment cette œuvre que je trouve superbe je l’écoute en boucle ces temps-ci. J’aime les parties guitares, cette voix rocailleuse, les chœurs, sa façon de combiner le tout… .

Je la trouve si rock, si joyeuse, si entrainante… – Gilmour a d’ailleurs déclaré à ce propos que l’idée de cette composition lui est venu au sein d’une gare, française (évidemment) ; il entendait successivement ce jingle et, à chaque fois, il avait envie de danser, au point qu’il l’enregistrera sur son smartphone – (il a peut-être su voir dans ce motif la beauté que l’on ne voit plus !??).

De retour sur Londres, il rencontre le Français Michael Boumendil (le compositeur du jingle) et compose ce morceau, en collaboration avec sa femme – romancière – pour les paroles.

David-Gilmour-Rattle-That-Lock-4-e1440022358139 © Kevin Westenberg

Et cette histoire devient encore plus folle lorsqu’en voulant vous la présenter au travers de cet article, je découvre que la gare en question, c’était chez moi : à Aix-en-Provence !

Cette chanson, il l’a nommée Rattle That Clock notecuivree

 

(Photo by Neil Lupin/Redferns)© Neil Lupin/Redferns