Passionnée par l’art et la culture, curieuse de tout ou presque…, au cours de mes études, j’ai rapidement eu à cœur de traiter du sujet de la « démocratisation de la culture et démocratisation culturelle ». Puis, car je suis convaincue que l’un ne va pas sans l’autre, je m’intéresse et me passionne de plus en plus pour la pédagogie. Non pas au sens strict de la transmission – entre les livres à foison et encore plus avec internet, nous sommes dans une ère où le savoir peut rapidement être à portée de main – mais dans le sens de développement de la curiosité, d’avoir envie – et aimer apprendre et découvrir. Car c’est finalement cela aussi le bonheur, se rendre compte de tout ce dont notre monde est fait, de toutes les « petites » choses à notre portée et qui nous apporte finalement tant… .

Parmi les grands pédagogues du genre, on compte parmi eux Maria Montessori, une italienne de la fin du XIXème – début du XXème dont les écoles mettant en œuvre sa pédagogie s’énumèrent maintenant pas centaine à travers le monde.

En s’intéressant un peu à sa façon de concevoir la pédagogie, on se rend vite compte à quel point elle peut être bénéfique. Puis j’ai découvert ce film biographique retraçant son magnifique parcours professionnel comme les épreuves que Maria Montessori a dû surmonter. Un film qui m’a beaucoup touché et m’a rendu plutôt admiratrice de cette femme déterminée, inventive et très humaniste.

Première femme médecin en Italie, c’est en commençant à s’intéressant à la psychiatrie (dont elle se spécialisera lors de ses études) auprès de jeunes enfants qu’elle mettra en place sa pédagogie. Obtenant de ses élèves de meilleurs résultats au Certificat d’Études que les élèves des autres écoles, elle choisira de quitter la psychiatrie pour se destiner à la formation de futurs pédagogues tout en continuant à enseigner auprès d’enfants d’un quartier pauvre.

La pédagogie de Maria Montessori repose sur l’idée que pour apprendre, il faut que cela vienne d’abord de nous-même, à la fois dans l’idée de curiosité et l’envie de savoir faire, puis à la fois dans l’idée d’expérimenter, de laisser faire l’enfant, apprendre de ses erreurs, vouloir les dépasser pour y arriver… . Un autre grand principe est celui d’une école bienveillante où l’enfant doit se sentir bien, l’école étant le lieu des enfants et non des enseignants, ces derniers étant perçus comme des médiateurs, des aides plutôt que des transmetteurs. Pour mettre en place cette pédagogie de l’expérimentation, elle a aussi créé plusieurs « objets » outils-pédagogique destinés aux enfants.

Ce film ne rentre pas énormément dans les détails au niveau de sa pédagogie mais retrace plutôt bien ces grands principes et le cheminement de cette femme. Je ne peux que vous le conseille si vous vous intéressez à l’éducation ou si vous êtes simplement curieux de découvrir le parcours d’une femme d’exception. J’ai trouvé ce biopic très bien réalisé, c’est fascinant de suivre le parcours de cette femme et tout ce qu’elle a entrepris, son envie sans bornes d’aider les enfants (qu’elle considère comme « les hommes de demain », « l’espoir d’un monde meilleur»), l’amour tout aussi puissant qu’elle leur communique (c’était une femme qui aimait énormément les enfants, souhaitant leur développement intellectuel, sensoriel… tout autant que de les voir heureux, se sentir aimés et valorisés) avec l’idée de personne à part entière méritant autant de respect que les adultes. Elle était également contre la violence portée à l’enfant tant pis s’il y a un peu de désordre (bien que sa pédagogie ait justement vocation à devenir « ordonné » et surtout autonome), s’ils se salissent… ce sont des enfants après tout, qui ont besoin de s’exprimer, de rêver, d’imaginer… . Voilà les idées qui l’ont poussées dans le façonnage de sa pédagogie et ce qu’elle a essayé de transmettre autour d’elle.

J’ai également été touchée par les évènements personnels qu’elle a pu subir… interloquée à me dire comment une telle femme si talentueuse – qui a passé sa vie à aider les autres, à révolutionner la pédagogie du développement humain, qui a apporté tant à tous ces enfants… – a pu en retour rencontrer « tant » d’épreuves personnelles. Mais sa vie ne finit pas si mal, je vous rassure !

Bref, regardez-le, vous pourrez en juger, et surtout apprécier tout cela, par vous-même !