Adorant l’Angleterre et l’esprit anglais, cette petite comédie semblait avoir tout pour me plaire. Elle s’est en effet révélée être une histoire très décalée et originale, sans oublier très britishtout à fait dans le genre que j’affectionne !

Tirée d’une histoire vraie, on suit Alan Benettdramaturge et auteur du livre dont est adapté le film – venu s’installer dans une si charmante rue de Camden Town. Un quartier regorgeant d’artistes en tous genres… sans oublier un drôle de Van et son occupante qui sillonne la rue de place en place, à la recherche de l’endroit idéal pour planter demeure. Jusqu’au jour où elle finit par s’installer dans l’allée de la maison d’Alan Benett… .

© Sony Pictures

« The lady in the van » retrace alors l’étonnante histoire de la cohabitation entre un écrivain et Miss Shepherd, à la fois irritable et attachante mais aussi tellement drôle, qui en fait voir de toutes les couleurs (autant qu’elle est la source de tous les commérages) aux habitants de cette petite rue, et à son aimable bienfaiteur en premier. Une femme à l’histoire mystérieuse dont les fils ne se dénoueront qu’au fur et à mesure.

© Sony Pictures

C’est donc un film avec tellement d’humour, d’un humour si anglaisj’adore ! -, mais aussi avec un suspense très travaillé. Je ne vous révèle pas tout mais la mise en scène est également superbe. Tout comme cette si jolie rue, typiquement anglaise et qui semble si paisible, qui tient alors lieu de décors. On y aperçoit aussi, pour notre grand plaisir, la campagne et le bord de mer anglais.

Si les deux personnes centrales sont très chouettes, les acteurs ont également été très bien choisis, Maggie Smith et Alex Jennings interprètent leurs rôles à merveille ! C’est un plaisir de suivre leurs mésaventures.

© Sony Pictures

Le fait qu’il s’agisse d’une histoire vraie apporte encore de la valeur ajoutée pour moi. L’histoire est si rocambolesque que l’on a parfois « du mal » à s’imaginer que cela n’a pas été inventé de toutes pièces.

Pour finir, s’il ne s’agit pas du cœur de l’histoire, la musique trouve encore une fois sa place dans cette superbe œuvre.