J’ai adoré ce roman. Il m’a tenu en haleine sur plusieurs semaines, chaque jour j’avais envie de lire ne serait-ce quelques pages afin de savoir la suite et de retrouver son atmosphère paisible – on s’y sent en effet bien dans son univers.

Il s’agit d’une intrigue inspirée de la vie du philosophe René Descartesvous savez peut-être mon amour « récent » pour les biographies -, qui remet bout à bout de nombreux éléments connus de son histoire. Le roman s’intéresse à la période durant laquelle il est tombé amoureux d’une servante, qui de plus était beaucoup plus jeune que lui, avec qui il aura un enfant qu’il assumera mais qu’il cachera tout comme son amante.

L’histoire nous est contée sous le regard de la jeune femme – Héléna -, une femme forte et cultivée. Petite, elle demanda à son frère de lui apprendre à lire et à écrire, par la suite elle profitera de toutes les occasions offertes pour apprendre davantage, notamment grâce au philosophe. Pour sa fille, elle ne voit bien sûr que le même chemin !

Savoir lire et écrire est tout d’abord ce qui fera sa force mais aussi ce qui intriguera puis charmera le philosophe, la rendant différente.

J’ai beaucoup apprécié la façon dont l’auteur a transformé par moments ce livre en une ode à la beauté des mots. Si elle est avide d’apprendre, l’héroïne, en même temps qu’elle étoffe son vocabulaire, étudie la sonorité des mots, nous conte l’amour qu’elle porte à leur beauté, la bizarrerie de certains, le dégout pour d’autres aussi… .

C’est intéressant de suivre cette femme qui malgré le rang qu’on lui réserve s’est toujours imposée, s’affirmant comme étant pas moins que les autres et maitre de sa destinée. Elle fera tout pour s’élever, usant de son apprentissage pour gagner sa vie différemment tout en ayant en tête l’envie d’agir pour que d’autres puissent avoir la même chance qu’elle.

C’est tout aussi intéressant d’en apprendre davantage sur la vie d’un philosophe du XVIIème siècle.

C’est également touchant d’être témoin de cet amour fort, dont rien ne semblait pouvoir briser, malgré les convenances leur permettant guère de le vivre au grand jour comme ils l’auraient souhaité.

Un roman à la fois beau pour les valeurs véhiculées et fort émotionnellement. On découvre deux personnalités « atypiques » chacune à leur façon mais qui se rejoignent en étant tous deux des êtres réfléchis et tournés vers l’avenir en quelque sorte. Les émotions quant à elles se bousculent : on est tantôt heureux pour Helena, tantôt on ressent pleinement l’injustice vécue qu’on souhaiterait voir s’estomper.

Plus largement, cette œuvre nous permet d’en apprendre davantage sur les conditions et habitudes de vie de l’époque, que ce soit des servantes, valets, personnes modestes ou plus aisées… .

J’ai également beaucoup apprécié l’insertion d’un dernier court chapitre nous apprenant de quels éléments l’auteur s’est servi pour tisser son histoire.

 

Un vrai coup de cœur pour ce livre, dont je me suis régalée à sa lecture, que je vous conseille donc fortement !  

1