Si mai prochain sonnera les 50 ans de mai 68 et l’été de l’année qui suivra ceux du mythique festival de Woodstock, l’auteur Jean-Marc Ghanassia ne l’a pas oublié et nous offre un spectacle grandiose – tantôt pièce de théâtre, tantôt concert – nous permettant de revivre l’esprit de ces années et les musiques tout aussi mythiques qui en ont découlées. Et cela pour notre plus grand plaisir, puisque ces années et ce festival continuent de marquer les esprits, d’en faire rêver plus d’un, d’insuffler une envie de vie simple, faîte d’amour et de paix mais, bien sûr, certainement pas sans musique !

 

 

Je n’y ai pas échappé, notamment adolescente, les années hippies, mai 68 et Woodstock étaient pour moi symbole d’idées plus humanistes, d’un mode de vie meilleur et de groupes musicaux exceptionnels. Inconditionnelle amoureuse de la musique rock, de son énergie et de sa soif de s’exprimer mais aussi animée par un rejet de toutes formes de discrimination, par l’incompréhension devant la bêtise humaine pour en arriver à cette soif de guerre, par un sentiment d’être située parfois un peu en marge du système actuel, par cet appel de la nature après avoir passé toutes mes vacances d’enfance dans la campagne Lozérienne ; comme un bon nombre d’entre nous j’imagine, j’avais alors l’impression d’être né beaucoup trop tard pour la mouvance comme pour la musique.

Au départ, en voyant l’affiche de loin, j’ai cru à un nouveau film cherchant à nous faire revivre l’évènement. Puis quand j’ai vu qu’il s’agissait en fait d’un spectacle durant lequel toutes ces musiques que l’on affectionne tant – des chansons symboles d’une époque mais aussi de l’apogée d’un style musical tant elles nous semblent inégalables ; et c’est d’ailleurs notamment parce que jusqu’à présent elles restent inégalées que la ferveur perdure – seront jouées en live, j’ai d’autant plus eu envie de le voir.

 

L’histoire et la musique du spectacle

« Welcome to Woodstock est un spectacle musical tout entier consacré à la musique Pop-Rock américaine des années 65/70. Les plus belles et grandes chansons de cette époque y sont jouées et interprétées en live. C’est aussi un «revival» des années Hippies, ces années folles qui ont joyeusement renversé tous les vieux tabous de la morale d’après-guerre. C’est à travers l’histoire des chanteurs/acteurs qui interprètent les chansons sur scène, que ce «revival» va s’incarner.
 
Paul, Corinne, Francis, Martine, Tom et Florence ont 20 ans en 1969. Ils se sont connus sur les bancs de la fac, l’année précédente, et ont vécu ensemble les barricades de mai 68. Liés par la même volonté de construire une société plus libre, plus juste, plus égalitaire, en rupture avec la morale bourgeoise de leurs parents, ils partagent le même appartement à Paris et une passion commune pour la musique pop-rock américaine.
 
Lorsqu’ils apprennent qu’un grand concert, réunissant Canned Heat, Country Joe Mac Donald, Janis Joplin, Joan Baez, Jimi Hendrix, Les Who et tous leurs artistes préférés aura lieu à Woodstock en août 1969, ils décident de partir aux États-Unis, « vivre sans temps mort et jouir sans entrave » pour 3 jours de paix et de musique… »

www.welcometowoodstock.com

 

En lire davantage.

@Pixellephoto.fr

 

28 chansons immortelles interprétées en live
par 12 artistes chanteurs, musiciens et danseurs

L’équipe du spectacle nous a même concocté une petite playlist,
vous pouvez l’écouter sur le site du spectacle ou encore sur Deezer.

 

Pourquoi j’ai adoré et pourquoi il faut aller voir Welcome to Woodstock

 

 

Nous avons donc assisté vendredi soir 22 septembre à ce spectacle vraiment excellant.

C’était super de pouvoir écouter en live toutes ces chansons que l’on adore tant. Des œuvres toutes plus géniales les unes que les autres, une setlist de musiques entraînantes, parfois douces aussi, mais toujours feel-good – du moins musicalement. C’est dans ces moments-là que tu te dis « La musique c’est vraiment l’une des meilleures choses au monde / c’est vraiment génial », je le sais pourtant que trop bien mais cela fait toujours du bien de se le rappeler !

Les sept artistes qui jouent la comédie mais aussi chantent et jouent de la musique sont tous brillants ! C’était un vrai plaisir de les voir jouer et un régal de les entendre chanter : leurs voix chantées sont vraiment sublimes et de haut niveau – on apprécie leur assurance, le timbre de caractère propre de chacun, la façon dont elles sonnent -, on est vraiment en présence de chanteurs avec de belles voix et dont j’imagine la prouesse que cela doit nécessiter pour chanter le répertoire qu’ils nous ont donnés à entendre. Et puis quel dynamisme !

Au-delà de la musique, j’ai également apprécié le côté visuel du spectacle. Les décors sont vraiment choisis avec soin, assez fournis et changent régulièrement selon les scènes. Ce travail visuel a aussi beaucoup joué pour moi dans la réussite de ce spectacle. Cette recherche de créer un décor qui nous semble vivant, tout en profondeur et bien réel est tout à fait réussi, on a vraiment l’impression de se trouver devant beaucoup plus qu’une scène de théâtre, presque sur les différents lieux avec eux – enfin on a tout de même bien conscience que l’on n’aura jamais non plus la chance que certains ont eu d’être sur les lieux mêmes du festival, mais ils essaient de nous le faire vivre un peu à travers leurs souvenirs en nous le raconter le plus précisément possible, en n’oubliant pas les anecdotes et les petits détails rocambolesques. Mais surtout : le travail des ambiances et des jeux de lumières est époustouflant ! C’est vraiment sublime et enchanteur, cela attire indéniablement notre œil et provoque notre émerveillement.

© Pixelle

En plus des comédiens jouant chacun un rôle différent des personnes de l’histoire, on retrouve sur scène cinq autres musiciens – un guitariste/chanteur/harmoniciste, un second guitariste, une bassiste, un batteur et un claviériste – contribuant fortement à instaurer cette ambivalence tantôt comédie / tantôt concert, c’était vraiment très appréciable. Seul petit bémol pour le chanteur dont on n’a guère aimé sa prestance, on le sentait pas totalement dans le show et on l’entendait guère – si par rapport aux autres comédiens/chanteurs son rôle est un peu plus à l’écart, le spectacle le met tout de même en avant par moments -, c’est dommage.

J’ai également beaucoup apprécié la présence de passages d’humour parsemés dans la pièce ! Ils ne se prennent pas trop au sérieux et cela en fait vraiment une pièce multiple.

Autre plus très positif : si toute situation est prétexte à nous faire réécouter en live des morceaux mémorables, la pièce est très contextualisée en n’oubliant pas d’évoquer mai 68 et la guerre du Vietnam ainsi qu’en diffusant quelques images d’époque.

L’ambiance dans la salle était également chouette, les gens semblaient s’amuser. Le public n’hésitait pas à frapper la pulsation dans leurs mains, des personnes fredonnaient un air ou chantonnaient les paroles quelquesfois aussi, d’autres encore balançaient leur corps sur des musiques entrainantes – c’est vrai que l’on aurait eu par moments envie d’être debout pour vivre la musique pleinement.

Si on a énormément aimé cette idée folle, ce spectacle bien ficelé et ses artistes de talent, on regrette que la fin n’en soit pas vraiment une – on attend toujours la chute.

Cependant, si le spectacle dure deux heureson nous promet 2h de MUSIQUE LIVE, de PAIX & d’AMOUR –, on ne les voit vraiment pas passer, on a même l’impression je vous assure que ce n’était pas assez long et on en redemande à la fin !

 

 

Le site internet réalisé pour le spectacle est également assez intéressant, cherchant à être assez complet et à nous immerger le plus possible dans ces années-là et cet évènement d’été 69.

Le mouvement Hippie

« Né au début des années 60 aux États-Unis, le mouvement hippie se caractérise par son refus du consumérisme, son rejet des valeurs traditionalistes et sa lutte contre la guerre du Vietnam. »
 
« Du mouvement hippie naît un nouveau courant musical pop/rock qui s’affranchit des codes de l’époque (textes engagés, premières guitares électriques saturées, légendaires solos d’instruments, morceaux exagérément longs…) et porte haut et fort les valeurs de cette génération contestataire. »
 
« A l’écoute de ces nouvelles musiques et des messages de liberté qu’elles diffusaient, une grande partie de la jeunesse française se dit qu’une autre façon de faire la révolution est possible. Déjà, au temps de leurs manifestations, ils avaient inscrits sur les murs des slogans tels que « jouir sans entrave, sous les pavés la plage, soyons réaliste demandons l’impossible » qui  n’étaient pas loin de ce que proclamait la jeunesse américaine (« Peace and Love, Black is beautiful, make love not war, power flower »).
 
C’est à cette époque précise, au moment où Paul, Corinne, Francis, Martine, Tom et Florence, les 6 jeunes héros de « Welcome to Woodstock » prennent conscience que le mouvement hippie américain est une autre forme de révolte possible, à travers la musique, la paix et la fraternité que démarre le spectacle… »

www.welcometowoodstock.com

En lire davantage.

 

© woodstock.com

 

Le festival de Woodstock

« Prévu à l’origine pour recevoir  50 000 personnes, et durer 3 jours, du 15 au 17 août 1969, le festival a finalement accueilli près de 500 000 spectateurs et duré 1 jour de plus.
 
Les organisateur […] furent très vite dépassés. Face à l’affluence record, ils durent déclarer le festival gratuit et ouvrir les portes à tous. »
 
« 32 groupes parmi les plus grandes stars du moment se succèdent pendant 4 jours sur scène : Jimi Hendrix […], Janis Joplin […], The Who […], Credence Clearwater Revival, Joan Baez […], Grateful Dead, Jefferson Airplane, Ten Years After, Canned Heat, ou encore Johnny Winter… . »
 
« Seuls manquaient au programme,  Bob Dylan a qui Woodstock devait pourtant rendre hommage, mais qui refusa sous un pretexte fallacieux; Les Rolling Stones, dont la musique jugée trop violente par les organisateurs ne correspondait pas à l’image « peace and love » du festival ;  les Beatles sur le point de se séparer ou encore les Doors, qui déclinèrent l’invitation parce que Jim Morrison, en pleine crise de paranoïa était convaincu qu’il se ferait assassiner sur scène ! »
 
« Trois jours de paix et de musique. Promène-toi pendant trois jours sans voir un gratte-ciel ou un feu rouge. Fais voler un cerf-volant. Fais-toi bronzer. Cuisine toi-même tes repas et respire de l’air pur ». Voila en quelques mots, la promesse que faisaient les organisateurs du plus mythique des événements contre-culturel jamais organisé. »

www.welcometowoodstock.com

 

En lire davantage.

 

© woodstock.com

 

Et si vous êtes curieux de voir la liste complète des artistes qui ont joué au festival
de Woodstock
celui de 69 donc et les morceaux que chacun d’entre eux y ont joués,
vous pouvez aller lire cela répertorié sur le site de woodstock.com, c’est assez chouette.

 

Pour en apprendre encore davantage sur le spectacle, je vous conseille d’écouter ce chouette enregistrement radio :

 

Pour voir ce spectacle à ne pas manquer
notamment si vous aimez les années hippies, ses idées, son ambiance et sa musique :

C’est jusqu’au 7 janvier 2018

À Le Comedia
4 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris