J’ai vu « Imitation Game » il y a de ça maintenant un moment – oui, j’ai plein de chroniques en retard, à vrai dire.. il y a tellement de choses que je souhaiterais partager avec vous, mais avec mes études le temps me manque (quand elles seront finies, je me rattraperai !). Au départ, quand j’ai vu qu’il traite de la seconde guerre mondiale, j’avais guère envie de le voir. Je me disais « encore un film sur la guerre mondiale… » .

Finalement il se révèle très intéressant car elle est vu du côté des intellectuels. Des personnes qui ont cherché à aider à amener la fin de la guerre autrement qu’au combat. Ce qui est finalement, à ma connaissance, que rarement évoqué.

ig1

Le film relate alors l’histoire d’un service secret qui travaillait pour décoder les messages codés que s’envoyaient les nazis. Ce code était changé chaque soir à minuit, il était alors casi impossible de le déchiffrer. Alan Turing, un brillant mathématicien anglais, consacrera son temps à inventer les prémices de notre ordinateur actuel, capable d’aller beaucoup plus vite qu’un cerveau humain.

2nd biopic vu ces temps-ci après « Une merveilleuse histoire du temps » , tout aussi brillant et émouvant dans son genre. Parallèlement à l’Histoire, on suit l’histoire de cet homme, sa difficulté à s’épanouir sentimentalement à une époque où l’homosexualité est encore bannie. On assiste alors à la déchéance d’un homme qui a lutté pour amener la fin de la guerre, non reconnu de son vivant tenu de rester dans le secret – pour des raisons que (bien qu’évidentes) je vous laisse découvrir dans le film. Un homme brillant parti trop tôt, une fois encore à cause de la bêtise humaine.

Benedict Cumberbatch interprète également très bien son rôle, tout comme Keira Knightley dans le rôle de Joan Clark, une autre brillante mathématicienne du groupe, tantôt amante, confidente et protectrice de Turing.

_TIG2664.NEF

Crédit photos : © StudioCanal

Alan Turing a enfin été gracié par la reine d’Angleterre, en 2013.

573252-753x1024