Je suis allée voir la comédie musicale Jersey boys aux folies bergères lors de la dernière représentation – désolé donc de cette chronique tardive, mais vous pouvez aussi vous rattraper avec le film sorti en 2014, réalisé par Clint Eastwood, ou encore aller la voir à Londres par exemple ou bien à Broadway (si vous passez par-là).

Dès que je suis rentrée dans ce lieu, j’ai été impressionné par son décor imposant … puis finalement, j’ai trouvé cela trop chargé et pimpant, je lui préfère de loin le théâtre du Mogador (on a tous ses petites habitudes, on ne se refait pas…), spécialisé aussi dans les comédies musicales.

©Michela-Piccinini

Jersey boys c’est l’histoire du groupe de pop-rock Américain The Four Seasons, né dans le New Jersey dans les années 60, et de ses membres italo-américains : Tommy DeVito, son frère Nicky remplacé par la suite par l’auteur-compositeur-interprète Bob Gaudio, Nicky Massy et le chanteur à la belle voix aigüe Frankie Castelluccio qui se fera appeler Francky Vallie. La comédie retrace alors leurs débuts, leurs ratés, comment ils ont percé, leurs succès, les changements effectués dans le groupe ainsi que leurs galèresFrankie fricotant avec la mafia. On en apprend donc autant qu’on rit mais aussi qu’on se régale à l’écoute de chouettes chansons.

Et tandis que nombreux de leurs succès, de leurs tubes, ont été repris, on s’amuse à se rendre compte que l’on écoute, ou connais, de nombreuses chansons du groupe sans savoir qu’il s’agit de l’une de leurs chansons : I love you baby (une chanson que j’adore) ; la mélodieuse Sherry ; qui n’a jamais dansé sur Cette année-là ! !? – un tube en fait vieux de 50 ans, chanté à l’époque en anglais – Oh what a night !. Et quelles chansons !?, beaucoup de géniales en fait !, et surtout entrainantes et dont on aurait tendance à chanter à tue-tête.

Je le dis à nouveau mais une fois encore, cette comédie musicale confirme que j’adore les œuvres biographiques, cela apporte pour moi vraiment de la valeur ajoutée. On a plaisir à suivre l’histoire de ces quatre garçons – dont les comédiens sont extrêmement ressemblants aux originaux ­-.

Cette comédie musicale alterne donc entre présentation de l’histoire en italien (une langue dont j’apprécie beaucoup la sonorité chantante, ce n’était donc pas dérangeant), sous-titré en français, et chansons en anglais. Dommage que les chansons n’étaient pas également sous-titrées, ça aurait pu être intéressant, mais l’on comprend qu’il y a un lien avec ce qui précède. J’ai également apprécié que l’on puisse y voir à certains moments des extraits vidéo d’époque.

Encore plein de chouettes photos du spectacle par ici : ©Michela-Piccinini

Si le décor et les costumes ne sont pas énormément fournis ni impressionnants, tout était très soigné. C’était aussi beau à voir qu’à entendre !

 

 

 

0