Concert génial à quatre mains. Jolie découverte de ce duo pianistique grâce à l’extraordinaire Paris Jazz Festival qui nous permet de découvrir des musiciens de qualité – de manière assez folle on peut le dire : gratuitement (vous payez uniquement l’entrée du parc – 2 euros 50 -, autant dire que c’est donné) -, dans le cadre enchanteur du si joli parc floral à Vincennes qui vous permet par une douce journée d’été d’écouter de la musique dans un cadre champêtre.

 

Après avoir habité pendant un an et demi à Vincennes et avoir adoré notre passage dans cette ville entourée de nature, nous avions hâte de nous y rendre à nouveau. Nous avons donc commencé par profiter du bois et sommes donc arrivés un peu juste à 15h50 (le concert débutant à 16h), trouvant alors les sièges tous occupés. Nous nous sommes donc assis un peu à l’écart, en hauteur dans le parc afin de tout de même avoir une petite vue sur la scène que nous ne voyons guère mais le son y était toujours parfait ! (la prochaine fois nous arriverons plus tôt).

 

 

Après nous y être rendu plusieurs fois, c’est la première fois que nous assistons au concert assis dans l’herbe et c’est vrai que je me suis alors fait la réflexion que le concept est top pour venir faire découvrir la musique à des enfants, ou à des personnes guère adeptes du genre musical. En se mettant un peu en retrait dans le parc, il est possible d’écouter la musique tout discutant un peu ou autre et cela sans déranger les autres spectateurs ni avoir l’impression de ne pas profiter vraiment du concert (à part visuellement) puisque l’acoustique est toujours aussi bonne !

 

 

S’il y avait foule, c’est aussi qu’il y avait notamment un grand monsieur (que j’ai découvert) en la personne de Ray Lema, qui se démarque par sa diversité musicale, sa soif d’apprendre et son engagement.

Laurent De Wilde est un artiste né aux États-Unis mais qui a vécu en France au final depuis tout petit (il était alors âgé de 4 ans), mais qui repartira pendant 8 ans à New-York apprendre le piano jazz avant de s’installer en France, qui mène une double carrière de musicien jazz et d’écrivain.

Ray Lema, né au Congo, commencera par étudier le piano classique, il se tournera ensuite vers la guitare jazz avant de se diriger vers la musique traditionnelle du Congo aux prés des maîtres musiciens. En 1982, il s’installe en France où il collabore avec des groupes de la World Music mais il n’a pas oublié l’Afrique pour laquelle il souhaite voir se développer l’enseignement musical et est alors initiateur & parrain du projet de l’Université Musicale Africaine.

 

 

 

Deux univers donc et un amour commun pour le dépassement musical, c’est à travers ce quatre mains sur deux pianos que les deux artistes ont cherché à mêler leurs inspirations et leurs influences pour créer ce mariage unique ainsi qu’un disque Riddles. C’est ces compositions que nous avons eu la chance d’écouter samedi dernier.

Une musique au final parfois très douce, tantôt vivepassant d’un genre à l’autre, aux sonorités étonnantes et inhabituelles. Nous voilà donc ravis d’écouter des œuvres pianistiques un peu hors des sentiers battus.

 

« En maîtres des harmonies, les deux complices ont échangé leurs expériences, leurs univers respectifs afin de bâtir un langage commun. Un langage qui pourrait être universel, où rythmes et chants du monde entier se mêlent avec une simplicité déconcertante et heureuse. Là, un Congo Rag dansant, né d’une comptine congolaise que chantait Ray Lema et d’un ragtime de la Nouvelle Orléans; un chant blues du Sahel joué façon Horace Silver ou une virée dans les pulsations des forêts congolaise ou jamaïcaines. Le duo rend hommage à Jean-Sébastien Bach, à la chanteuse malienne Fantani Touré qui nous a quitté l’an dernier et à Prince disparu quelques jours avant le début des enregistrements. La magie opère à chaque titre nous plongeant dans un voyage dansant et merveilleux. » Fip

 

 

 Pour en lire davantage : un article de culturebox qui revient sur leur belle complicité.

 

Un duo à suivre donc !

 

Et je vous recommande également le Paris Jazz festival qui je suis sûre nous réserve
encore de belles surprises
.
Jusqu’au 30 juillet 2017
Les samedis et dimanches
Au Parc Floral
Accès libre – prix de l’entrée du parc (2 euros 50)

 

0
Si vous avez aimé me lire, n'hésitez pas à me le faire savoir en cliquant sur le ♡ de l'article, merci ! :)