Go to Top

Categorie : Théâtre

Bankable

1 Avr 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

J’ai passé un très bon moment devant cette pièce de théâtre aux personnages haut en couleur : entre le scénariste hypocondriaque rêvant d’écrire comme il l’entend, le meilleur ami vedette de cinéma aux tendances dépressives, séducteur multipliant les conquêtes et prêt à tout pour devenir une star, la compagne (du scénariste) femme d’affaires qui en a un peu marre du meilleur ami sans gênes, la mère (de l’acteur) surprotectrice et de caractère, sans oublier le producteur qui tire un peu les ficelles de chacun.

Une pièce qui traite donc des dessous du cinéma mais aussi d’histoire de famille et d’amitié ainsi que du rêve de percer ou de s’épanouir dans son métier. On est également plongé complètement dans le monde culturel puisque la compagne qui se trouve être quant à elle éditrice.

Les scènes s’enchainent mais ne se ressemblent pas, l’histoire ne manque pas de rebondissements.

Si l’histoire peut paraitre très sérieuse, détrompez-vous, la pièce compte de nombreux passages amusants.

Quant à la mise en scène, aux décors et aux costumes ils étaient également très soignés et raffinés.

Les acteurs sont tout aussi choisis avec goût : notamment Lorànt Deutsch dans le rôle du scénariste, Manoëlle Gaillard dans le rôle de la mère et Caroline Maillard dans celui de la compagne.

 

Au théâtre Montparnasse
Jusqu’au 8 avril 2017

0 0
separation-articles6

Les tribulations d’un Japonais rentrant dans son pays

27 Fév 2017 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Une chouette découverte.

J’ai passé un très bon moment à écouter Kiki nous parler de ses tribulations au Japon. J’ai aimé sa façon de raconter avec beaucoup beaucoup d’humour. L’acteur porte tout à la dérision et il n’a pas peur de faire le pitre. C’est un régal de rire devant les absurdités de certaines situations japonaises (de l’exagération de la volonté des japonais d’être toujours très accueillant à la métamorphose d’un Tokyo trop urbanisé).

Si l’auteur vie en France depuis 20 ans, il est né et a grandi au japon. C’est intéressant de suivre sa description sous un regard éclairé, de découvrir l’évolution qu’a pu connaître le japon (l’un de ces pays qui peut nous sembler si loin et si différent de nous)… même l’analyse des paroles de chansons japonaises y passequ’il chantait d’ailleurs lui-même avec une jolie voix (en japonais, avant de nous en faire la traduction).

J’ai également adoré sa description minutieuse de chaque étape de ce voyage à la redécouverte de son payson se croyait, vraiment, le temps d’une heure, au Japon (du moins, moi, il m’a fait voyager !) !

Pour finir, si l’humour l’emporte, c’est aussi un spectacle très intéressant qui nous amène à réfléchir aux mentalités et aux conditions de vie au Japon.

0 0
separation-articles6

A la découverte de la splendide péniche-théâtre : La nouvelle seine + Un new-yorkais à Paris

8 Fév 2016 | 2 réponses
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

salle-2048x1365-2

© lanouvelleseine.com

La nouvelle seine est une péniche au sein de laquelle se trouve
un café, un restaurant (rien de plus courant à Paris me diriez-vous)…
mais aussi une salle de théâtre.

 

Idéalement située à quai face à Notre-Dame, la vue est superbe ! Rien que pour cela, elle vaut la peine de s’y aventurer.

La salle bar/restaurant se trouve en surface puis vous descendez quelque marche pour rejoindre le théâtre qui est quant à lui juste splendide !

Leur site internet nous fait déjà énormément rêver, mais il est aussi beau en vrai, voire cela surprend d’autant plus je dirais ! Avec ses murs aux aspects marins, cet éclairage amusant et digne des plus grandes stars, puis ce rideau exceptionnel rouge pailleté !! ..génial !

 

 

11371244_1707213212831578_450906708_n_002-2

 

Pour cette découverte du lieu, notre choix s’est porté sur Sébastien Marx et son spectacle « Un new-yorkais à Paris ». Sébastien Marx est réellement new-yorkais et habite depuis 12 ans en France (dont 7 à Paris). Il nous conte alors son arrivée en France et toutes ses aventures depuis. Sans oublier sa touche d’humour bien sûr !

En tant qu’Américain, il voit tout ce qui nous est si familier d’un œil évidemment différent : notre orthographe si complexe et nos expressions, nos habitudes culinaires et nos manières… . Je suis bien souvent la première à rire de mes bêtises, alors un spectacle qui s’amuse de notre langue et de nos particularités françaises… c’est un régal !

Ayant donc vécu toute son enfance en Amérique, son spectacle ne fait pas non plus l’impasse sur des comparaisons entre les deux pays. Il nous partage également des anecdotes au sujet de sa petite famille française… l’occasion de faire le tour complet des situations vécues (toujours plus drôles les unes que les autres) par un new-yorkais venu s’installer à Paris.

 

J’ai adoré son spectacle, on rit énormément ! Sébastien Marx décrypte pour nous nos singularités et bizarreries, nos invraisemblances…, tout en nous faisant entrer dans son petit univers.

Son spectacle a lieu tous les dimanches jusqu’au 27 mars – à 17h, en français.

Et si vous êtes un(e) amateur(trice) de la langue anglaise ou que vous souhaitez habituer vos oreilles aux sonorités anglophones, il joue également ce spectacle en anglais à 18h30, toujours le dimanche (on ne peut quand même pas les laisser rigoler de la France et des français entre anglais, ah ah ! En réalité, je pense que c’est surement un bon moyen de nous découvrir un peu – et dans tous les cas de passer un bon moment).

 


Vous aurez également compris, j’ai aussi adoré ce lieu. Pour sur, on y retournera ! Et il me tarde de faire découvrir ce superbe lieu à mes proches (de voir leurs yeux aussi émerveillés).

1 1
separation-articles6

Un noël à New York – la comédie musicale Jazz

2 Jan 2016 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Musique

Je reviens par ici, en espérant que vous ayez passé de bonnes fêtes et en vous souhaitant une bonne année !!

Pour rester dans l’ambiance des festivités, je vais vous parler de la très chouette comédie jazzy Un noël à New York.

L’intrigue est celle de Paul venant rendre visite à sa mère, après quatre ans d’absence, pour lui présenter sa fiancée Caroline. Mais voici que cette petite surprise, le matin du 24 décembre, n’est pas pour ravir la mère de Paul. C’est donc un noël des plus rocambolesques qui se profile à l’horizon, entre secrets et révélations… tandis que Caroline cherche inlassablement à déverser sa bonne humeur sur la maisonnée afin d’y faire naître l’esprit de noël.

J’ai énormément aimé cette comédie musicale dans l’esprit de noël et de New York, sans oublier ses sonorités jazz ! On rit énormément et les comédiens sont supers : on se régale à les voir jouer autant qu’à les écouter chanter ou les regarder danser. Une comédie pleine d’humour alternant avec de superbes et entrainantes chansons jazz mais aussi des chants de noël américainsaccompagnées en direct par un pianiste et contrebassiste présents sur scène.

Si les dialogues sont en français, les parties chantées écrites pour la pièce sont totalement en anglais, nous mettant ainsi dans l’ambiance d’un noël américain.

On y passe vraiment un agréable moment. Une pièce étonnante – aussi bien sur son dénouement que musicalement – remplie de bonne humeur communicative et de jazz à souhait.

2265735160    3450914417    3662291859    212388589

© Crédit photos : Compagnie de Lange

0 0
separation-articles6

Le système au théâtre Antoine

30 Nov 2015 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Aujourd’hui, je laisse la plume à mon chéri pour vous parler d’une pièce que nous sommes allés voir au printemps dernier. Le Système est une pièce qui met en scène l’Histoire, celle de notre économie actuelle plus précisément. Elle a pour décor une France endettée au lendemain de la mort du Roi Soleil. Nous sommes en 1715. Louis XV est comme nous le savons trop jeune pour régner, le Régent est alors au pouvoir et essaie de relever la France. C’est alors que l’Ecossais John Law, un passionné de mathématique, débarque en France et s’empresse de se rendre à la cour, persuadé de détenir La solution révolutionnaire. Les rencontres se multiplient à la cour pour tenter de prouver au Régent que s’il souhaite mettre fin à tous les problèmes du pays, il doit adopter son système : « faire du commerce et des échanges avec de la monnaie de papier et des actions. Il vient d’inventer l’économie moderne. »

Mais tandis que tout fonctionne comme imaginé au départ… voilà que le système n’est pas sans failles : « Bientôt, la machine s’emballe, devient incontrôlable, tout le monde se met à spéculer, la bourse flambe… » (Culture box)

H.Pambrun

Si j’ai trouvé cette pièce plaisante pour son sujet historique ainsi que pour son jeu d’acteur, j’avoue être cependant guère spécialiste d’économie. J’ai alors eu envie de demander à mon chéri (qui s’y connait et surtout s’y intéresse davantage que moi) de vous en toucher trois mots. Il a alors gentiment accepté de vous raconter plus en détails ce qu’il a aimé dans cette pièce et pourquoi elle vaut la peine.

 

Nous sommes allés voir la pièce « Le système » et je dois dire que j’ai plutôt bien aimé.

Tout d’abord pour la distribution, tout particulièrement pour Stéphane Guillon qui excelle toujours autant dans les rôles de conspirateur et de lèche-botte. Il incarne parfaitement son personnage et c’est un régal de le voir jouer.

Hélène Pambrun

Mais l’intérêt de cette pièce ne réside pas seulement dans le jeu d’acteur.

Elle a un triple intérêt, je dirais :

 

H.Pambrun-3Ayant une formation économique et financière, je dois dire que ces évènements, qui sont des évènements historiques il ne faut pas l’oublier (ce fameux système ayant réellement existé et a vraiment connu le même naufrage que dans la pièce), ressemblent étrangement aux évènements de la crise de 2007 (en référence : je parle ici de la crise des subprimes et des crises de crédit qui ont suivi… je ne vais pas vous raconter la pièce mais la machine s’est emballée de la même façon que le fameux système de la pièce ). On a ici l’impression que l’histoire se répète sans jamais s’arrêter.

Chapeau d’ailleurs pour la vulgarisation de certains concepts économiques, notamment sur le fonctionnement de la monnaie (certainement le pire sujet à étudier en économie…), qui permet de rendre la pièce compréhensible à tout un chacun.

 

Quant au troisième intérêt, il s’agit du fait que la pièce se penche sur la petite histoire qui fait la grande. Les intrigues du palais, les jeux de pouvoirs, les relations entre les personnages… : tout ce qui rend enfaite l’histoire intéressante, et non seulement un enchainement de dates et de faits comme on peut parfois nous l’enseigner. On voit ici l’Histoire comme une histoire en fin de compte.

H.Pambrun-2   2016-04-09-le-systeme-fuseaux-saint-dizier-2-c-h-pambrun

Je vous conseille donc d’aller voir cette pièce, certes vous n’allez pas vous tordre de rire, bien qu’il y ait des moments très drôles, mais vous vous coucherez certainement en ayant appris quelque chose après l’avoir vu.

 

Crédit photos : © Hélène Pambrun

Le-Système-nouvelle-affiche

Elle ne passe malheureusement plus à Paris actuellement,
mais elle continue de tourner en France.

0

0
separation-articles6

Carmen à tout prix !

6 Oct 2015 | 2 réponses
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Ce week-end, j’ai été séduite par la pièce Carmen à tout prix de Sophie Sara. Une pièce de théâtre qui sort un peu du commun puisqu’elle allie, avec brio,  humour et opéra.

Les deux champs sont magnifiquement représentés puisque l’on rit, énormément, autant que l’on a plaisir à écouter les acteurs donner libre cours à leurs doux chants lyriques.

© rauzier.com

Une pièce vraiment très drôle que je peux que vous conseiller. Si la bande annonce nous en promet déjà beaucoup, on n’en ressort pas déçu, au contraire !

C’est une pièce fort plaisante, composée de sketches à répétition, que je ne vous dévoilerai pas pour ne pas gâcher la surprise puisque c’est justement cela qui est si agréable : on va de surprises en surprises du début à la fin. Quant aux interprétations musicales, on est également en présence d’habiles chanteurs aux très belles voix – Sophie Sara (mezzo soprano), Ariane-Olympe Girard (soprano), Mathieu Sempéré (ténor), Bertrand Monbaylet (baryton) et Philippe Moiroud (baryton) – j’ai particulièrement apprécié la voix du ténor, pour sa sonorité comme pour sa puissance.

© rauzier.com

Pour orchestrer cette belle prouesse, ils ont choisi rien d’autre que l’un des Opéras les plus célèbres : « Carmen » de Bizet (d’après une nouvelle de Mérimée), qui en ravira plus d’un. – Un opéra que l’on ne présente donc plus, traitant notamment des sujets de l’indépendance de la femme et de l’amour passionnel, mais qui doit aussi sa renommée à sa somptueuse musique. – On a plaisir à le voir prendre vie sous nos yeux. On se régale à l’écoute des beaux airs de Bizet, qui nous semblent si familiers.

« notecuivreeL’amour est enfant de bohème Il n’a jamais, jamais, connu de loi Si tu ne m’aimes pas, je t’aime
Et si je t’aime, prends garde à toi Prends garde à toi. »

© arianeolympe.com

 

L’intrigue montée de toutes pièces par Sophie Sara – que l’on retrouve aussi dans la peau du personnage central Carmen – est celle d’un théâtre dont le personnel technique comme artistique a décidé de faire grève mais, pour le directeur des lieux, c’est inenvisageable : il compte bien jouer la pièce coute que coute.

Les dernières personnes non grévistes sont alors réquisitionnées et se voient attribuer un rôle …même s’ils sont plutôt des acteurs de l’ombre habituellement. D’autres personnes sont appelées à la rescousse … .

 

Quant aux costumes et aux décors, pas le temps de faire dans le sophistiqué, ils seront façonnés avec les éléments trouvés sous la main …allant même jusqu’à entrainer le directeur à se faire le narrateur de la pièce – j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié cette caractéristique de la mise en scène.

De ces situations de dernières minutes, de ces réalisations de bric et de broc ou encore de la présence d’un gréviste bien décidé à perturber le bon déroulement de la pièce … découleront de nombreux moments hilarants, pour notre plus grand plaisir.

La narration montée de toute pièce par Sophie Sara – que l’on retrouve aussi dans la peau du personnage centrale Carmen – est celle d’un théâtre dont le personnel technique comme artistique a décidé de faire grève mais le directeur c’est inenvisageable : il compte bien jouer la pièce coute que coute. Les dernières personnes non gréviste sont alors réquisitionné et se voit attribué un rôle …même s’ils son plutôt généralement des acteurs de l’ombre. D’autres personnes sont contactées à la dernière minute, les costumes et les décors sont façonné avec les éléments sous la main …allant même jusqu’à entrainer le directeur à se faire le narrateur de la pièce – j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié cette caractéristique de la mise en scène également. De ces situations de dernières de minutes, de ces réalisations de bric et de broc ou encore de la présence d’un gréviste bien décidé à perturber le bon déroulement de la pièce … découleront de nombreux moments hilarants, pour notre plus grand plaisir.

 

Cette enthousiaste adaptation de Carmen permet également d’amener toute personne à enfin se rendre à la découverte de cet Opéra si renommé. En offrant de le voir sous un nouveau jour, elle satisfera les non adeptes de l’opéra tout comme ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de le voir sur scène et même les plus férues ayant déjà vu l’œuvre une centaine de fois.

J’aime beaucoup leur formulation : « Le « Carmen » de Bizet se voit offrir un ravalement
de façade en bonne et due forme »
. Ils la qualifient aussi de « véritable grand écart insensé entre l’opéra classique et la comédie détonante ».

Il ne s’agit pas de modifier l’histoire de l’Opéra, qui reste elle fidèle à l’originale, mais bien de l’agrémenter de passages plus cocasses qui vont venir l’enrichir, nous la faire voir sous un nouveau regard, rendre peut-être moins fade pour certains la 101ène contemplation de cette œuvre!?… . Tout en nous permettant de profiter le plus possible de l’œuvre en elle-même, en nous offrant une mise en scène de la quasi totalité de ses airs. Tout est fait pour que l’on puisse passer un bon moment et que l’on ressorte de la salle à nouveau conquis par Carmen.

 

© rauzier.com

 

Vraiment une très belle interprétation. Il y a vraiment presque rien à redire.

Pour nous ébahir, nos cinq compagnons ont plus d’un tour dans leurs sacs.
Ils sont tous plus attachants et drôles, chacun dans son genre. Ils nous épatent également tous,
en nous dévoilant bien plus d’une casquette chacun. Sans oublier la présence sur scène de trois musiciens !

Comme on dit « Ils sont drôles, ils sont beaux, ils sont talentueux… » …ils méritent bien d’être soutenus ! En tout cas moi ils m’ont bien plu et je vous souhaite de les découvrir aussi !

« notecuivreeToréador en garde Toréador, toréador ! Et songe bien, oui, songe en combattant, Qu’un œil noir te regarde
Et que l’amour t’attend, Toréador, L’amour, l’amour t’attend
. »

Actuellement sur les planches du théâtre Trévise à Paris jusqu’au 2 janvier 2016

 sceno2.fr

1 1
separation-articles6

Les Faux British

30 Août 2015 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Quand des professionnels jouent les amateurs cela devient-il de suite génial, hilarant et original !? En tout cas ces sept-là nous en donnent un bon exemple !

Une troupe composée de sept comédiens pleins d’humour, habiles et attachantschacun dans leur genre -, un peu magiciens également.

Quant au décor, si de premier abord il vous semble rustique, détrompez-vous, c’est peut-être l’un des plus sophistiqués ou astucieux que vous pourriez voir.

Ils nous présentent un spectacle dans le style so british, à la Sherlock Holms ou Agatha Christie.

Telle une enquête du fameux détective britannique Sherlock Holms donc, l’intrigue est celle d’un jeune couple sur le point de se fiancer, mais voilà que le fiancé a été assassiné. L’inspecteur Carter, muni de sa loupe, est convié à mener l’enquête, interrogeant tour à tour la fiancée, le frère du défunt et toutes les personnes habitant le manoir.

Mais plutôt que de nous présenter simplement l’histoire, cela serait trop simple – et surement trop vu et revu –, nos sept compères ont choisi de se mettre dans la peau d’amateurs montant pour la première fois sur scène. L’Association des Amis du Roman Noir Anglais (AARNA), pour vous servir, composée de professeurs, de retraités… . La pièce est alors parsemée de gaffes : des trous de mémoire aux accessoires qui ne fonctionnent pas en passant par les ratés et les décors qui se font la malle… . Les effets spéciaux rajoutent encore de la matière au côté comique en étant fait de bric et de broc, avec les moyens du bord évidemment, mais ils n’en sont pas pour autant moins recherchés et soignés !

Un des personnages use aussi du caractère d’outre-manche de la pièce en jouant de l’élocution à l’anglaise, pour notre plus grand plaisir.

Une pièce brillante, pleine d’humour, d’inattendue… . Tout a été pensé, dans les moindres détails !

Après avoir eu un immense succès à Londres, ils arrivent sur Paris où le coup de cœur est confirmé, la preuve : ils sont en prolongation jusqu’au 2 janvier 2016.

Pour ma part, j’ai adoré ! On y passe un très bon et agréable moment !
C’est amusant, on rit, on est surpris, sidéré… .
Je vous la conseille vivement !

A Paris, 8ème arrondissement
Au théâtre Tristan Bernard
Jusqu’au 2 janvier 2016

1 1
separation-articles6

L’appel de Londres

20 Avr 2015 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

En grande admiratrice de Londresc’est une ville que j’adore et dont j’aimerai énormément expérimenter d’y vivre quelques années –, la pièce « L’appel de Londres » m’a de suite attirée.

513003168_640

C’est le 14 juillet et quatre français se retrouvent dans un restaurant tenu par l’une d’entre eux. Chacun est venu se réfugier à Londres pour une raison différente : l’un par amour, l’autre pour fuir les impôts, un autre encore pour la quête du bonheur et la dernière pour pouvoir ouvrir le restaurant de ses rêves.

Il s’agit en fait d’une pièce multiple. Au sein de ce restaurant, nos quatre compères parlent de sujets variés : la société, l’amour, le travail, l’actualité, Londres, Paris, La France, la famille, les traditions… .

Et surtout c’est une pièce vraiment pleine d’humour et d’imprévisibilité. On rit énormément tout du long. L’histoire se révèle également moins connue d’avance. On pense savoir « la chute » et c’est tout autre chose qui nous est contée.

L Appel-de-Londres-©-Breffni-O Dubhghaill

On s’attache également aux personnages, tous différents dans leur genre, chacun avec sa propre personnalité.

Je m’attendais tout à fait à autre chose mais je n’ai pas été déçu pour autant ! Je vous la conseille vivement !

 

L_appel de Londres 1

 

Au théâtre de la Gaîté Montparnasse jusqu’au 27 juin !

0

0
separation-articles6

Du théâtre-cinéma avec un artiste un brin inventeur-fou et une de ces voix !

19 Jan 2015 | Laisser une réponse
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Durant les fêtes de fin d’année, je me suis rendue au théâtre Toursky à Marseille pour assister à une pièce de théâtre-cinéma : « Marciel l’enchanteur et l’huissier saisissant » .

Ce fut une belle découverte d’un artiste un brin inventeur-fou et avec une de ces voix !!

f

La scène était divisée en deux tableaux – d’un côté un écran, de l’autre le décor théâtralpour au final ne former plus qu’un.

Seul sur scène, Marc Hollogne se sert de la projection vidéo pour créer ses personnages avec qui il échangeLe luxe de pouvoir se payer Miou-Miou, ou encore des acteurs des films de Marcel Pagnol, dans son propre spectacle !

Il se veut également un peu magicien en passant dans l’écran, en ressortant une tête, une main… du film.

En plus d’être un très bon créateur à la recherche constante de l’originalité et de surprendre incessamment le public…, il a surtout une voix superbe – avec un de ces coffres de résonance – qui ravira les amoureux de la voix de Brel !

 Je vous laisse regarder cette vidéo qui donne vraiment une vision d’ensemble…

C’est donc pour notre plus grand plaisir, après nous avoir ravie de ses sketches et de ses effets spéciaux, qu’il a conclu son spectacle par un tour de chant.

La trame, qui est prétexte à nous présenter ses inventions, est aussi amusante : Un artiste, nommé Marciel, se retrouve à vivre dans une grange chez un paysan après avoir tout perdu. Un huissier vient alors l’y trouver pour lui prendre ses derniers biens : un piano, un écran et un projecteur. Marciel fera alors tout pour l’épater afin de le convaincre de les lui laisser. C’est qu’il prépare son tour de chant, et cela pourrait bien tout changer !

0 0
separation-articles6

Et pendant ce temps Simone veille ! à La comédie Bastille

13 Nov 2014 | 3 réponses
Publié par Caroline | Catégorie Théâtre

Très attirée par l’affiche et enthousiasmée par la pièce Mister Green, je suis retournée à la comédie Bastille pour voir la pièce Et pendant ce temps Simone veille ! .

Avec son titre très évocateur, je m’y suis rendue sans me renseigner davantage sur la pièce, permettant une réelle découverte pleine de surprises ! 

Scan_Pic0009Et pour une découverte, cela en a été une, et une très belle ! J’ai adoré ! La pluralité de cette pièce – on assiste à plusieurs styles de mise en scène (de la pièce de théâtre plus traditionnelle où l’on se sent davantage spectateur à la comédie qui cherche à créer un lien avec le public, donnant vraiment l’impression de deux pièces en une), à cela rajouté des parodies chantées entre chaque scène – puis on rit énormément du début à la fin.

Comme ligne conductrice, nous suivons trois femmes, issues de trois familles de milieux sociaux différents, et leurs descendances sur quatre générations, des années 1950 à nos jours.

Une quatrième femme, nommée « Simone », est présente pour annoncer, au fur et à mesure, les évolutions des droits de la femme, tout ce qui a changé dans l’Histoire avec un grand « H », comme dans la vie de tous les jours, apportant plus de liberté et d’autonomie aux femmes, plus d’égalité avec les hommes… . Cette Simone-ci a donc le rôle de maîtresse de cérémonie comme celui d’intervenir pour des remontrances dès le premier écart de ces demoiselles.

Tout ceci est traité évidemment avec beaucoup, beaucoup, d’humour !

Et l’humour, on le retrouve sous toutes ses formes : dans la mise en scène de l’histoire, dans la nature même des personnages et leurs propos, au travers de jeux de mots… . On rit aussi devant la bizarrerie de certaines anciennes lois et de leurs formulations.

PieceGalerie.1868

Je m’imaginais davantage voir ce genre de pièce avec une copine plutôt qu’avec mon chéri, mais il était plaisant de voir que cela l’intéressait. Et en effet, le public était très mixte et toutes les générations se mêlaient : des grands-mères dont les scènes rappellent de nombreux souvenirs aux jeunes collégiennes amenées par leurs mères afin qu’elles se rendent compte de l’avancement, de la nécessité de continuer à « lutter » pour conserver cette considération et pour aller encore plus loin.

Au départ, j’avais un peu peur de me retrouver devant une pièce un peu trop féministe, mais c’était au final un très bon moment avec une pièce qui a su mêler Histoire, sujet sérieux et comédie. On rit beaucoup, c’est très amusant ! Et en même temps on assiste à un déroulé chronologique de toutes ces évolutions qui nous paraissent désormais si naturelles. Il est alors bon de se remémorer que ce n’était pas le cas il y a encore quelque temps !

simone_02_2618

 

Je vous conseille vivement d’aller voir cette pièce, pour plusieurs raisons donc !
Vous serez, normalement, pas déçu !

 

Que vous inspire cette pièce ? Qu’en avez-vous pensé si vous l’avez déjà vu?

0 0
separation-articles6